Live News

Budget J-4 : quelles sont les attentes dans les différents secteurs ?

Budget

Le jeudi 14 juin, les regards seront braqués sur le téléviseur pour le coup d’envoi de la Coupe du monde après quatre ans d’attente… Sur le plan local, le grand oral du Premier ministre et ministre des Finances est aussi prévu. Quelles sont les attentes des Mauriciens, du citoyen lambda au grand chef d’entreprise ?

Consommateurs : la révision de la TVA fortement désirée

Consommateurs

L’une des attentes principales du Budget 2018-2019 est une baisse de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA), qui est de 15 %. Selon les associations des consommateurs, cette mesure augmentera le pouvoir d’achat des Mauriciens et assurera un meilleur mode de vie.

Propositions

  • Baisser la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) sur les produits alimentaires
  • Retrait de la taxe sur le prix du carburant
  • Une exemption ciblée de la TVA pour certains matériaux de construction
  • Introduction d’un Banking Ombudsman pour assurer la gestion des complaintes des clients de la banque
  • Révision à la hausse du barème pour solliciter le Small Claims Tribunal de Rs 25 000 à Rs 75 000.
  • Durcir la loi et prendre des sanctions contre les gens trouvés coupables de polluer.
  • Une hausse dans l’allocation des personnes âgées
  • La création d’une nouvelle entité pour gérer l’eau à Maurice
  • Le contrôle sur les publicités pour la promotion des fast food et les boissons sucrées
  • La révocation de l’Economic and Financial Measures Act 2013 imposant des frais d’enregistrement sur les médicaments
  • La mise en place d’une National Consumer Commission pour assurer une meilleure protection des consommateurs.

Manufacturier : pour un redécollage des exportations

Manufacturier

Les entreprises locales souffrent d’une baisse dans le volume des exportations ces dernières années. Elles souhaitent ainsi voir des mesures qui apporteront une bouffée d’air frais à ce secteur.

Les principales propositions

  • La mise en place d’une Strategic Local Industry Incentive, de concert avec l’Association of Mauritian Manufacturers (AMM)
  • Réduire les coûts relatifs à la conduite des affaires
  • Enlever les frais d’enre-gistrement des entreprises et rationaliser les procédures
  • Étendre le Speed-to-Market Scheme (STMS) aux États-Unis, ainsi que tous les marchés d’exportation, à l’exception de l’Afrique du Sud
  • Un budget de Rs 200 millions pour les années 2019 et 2020 pour le secteur d’exportation.
  • Un soutien financier de 50 % sur tous les coûts de marketing numérique supportés par les sites de commerce électroniques qui exportent des produits fabriqués localement, au cours de leur première année d’exploitation
  • Un budget de Rs 20 millions réservé aux 50 PME générant un chiffre d’affaires maximal de Rs 100 millions pour qu’elles effectuent leurs propres campagnes de commercialisation dans certains pays d’Afrique.

PME : une meilleure coordination entre les entrepreneurs et SME Mauritius

Les attentes des Petites et moyennes entreprises (PME) sont plus ou moins les mêmes depuis quelques années : soutien financier, plus de visibilité, abolition de certaines taxes, une meilleure coordination avec les autorités…

Les propositions les plus notables

  • Revoir les régimes fiscaux pour les PME
  • Une meilleure coordination entre les petits opérateurs et SME Mauritius
  • De nouveaux parcs industriels avec toutes les facilités
  • Une compétition saine
  • Abolir la taxe sur les billets d’avion pour les touristes culturels.
  • Enlever la taxe sur les voitures électriques des PME
  • La participation des PME et des artisans au Mauritius Tourist Channel de la Mauritius Broadcasting Corporation, avec pour but d’augmenter leur visibilité
  • Une exemption de la TVA pour les PME en difficulté.
  • Introduire la taxe sur les chaussures importées

Tourisme : une révision de la taxe de l’environnement

Tourisme

La transformation de la destination Maurice en Duty Free Island, des mesures pour la création de parcs d’attraction, la révision de la taxe environnementale… Ce sont quelques attentes des opérateurs de l’industrie touristique pour le prochain Budget.

Les grandes lignes des propositions

  • Transformer la destination Maurice en une Duty Free Island est une façon d’encourager les touristes à dépenser. C’est ce qu’estime Bissoon Mungroo, président de l’Association des hôtels de charme
  • Une révision de la taxe de l’environnement, qui affecte en particulier les hôteliers. C’est l’attente principale de Jean-Louis Pismont, président de l’Association des hôteliers et des restaurateurs de l’île Maurice (Ahrim)
  • Des prêts à des taux d’intérêts préférentiels pour l’achat d’équipements photovoltaïques.
  • Des subsides offerts aux petits opérateurs par l’État.
  • Une subvention aux entreprises de gestion de destination qui souhaitent développer davantage le créneau numérique
  • Des initiatives pour mieux investir dans de nouveaux projets
  • Des mesures pour créer des parcs d’attraction et des casinos
  • La révision de la formule All-Inclusive

TIC : permettre aux entreprises locales d’acquérir des projets en Afrique

À la Mauritius Information & Technology Industry Association (Mitia), les opérateurs sont d’avis que Maurice n’atteindra pas le statut de pays à haut revenu, si des mesures appropriées pour booster les exportations ne sont pas annoncées. Son président, Dev Sunnasy, parle d’un manque de mesures pour l’exportation et pour soutenir les PME.

Les propositions les plus en vue

  • Encourager les exportations
  • Permettre aux entreprises locales de réaliser des projets en Afrique
  • Fournir une assistance technique et financière aux start-ups
  • Créer une Digital Promotion Agency en Afrique de l’Ouest, de l’Est et du Sud
  • Faciliter l’importation des compétences étrangères
  • Avoir une part du gâteau dans les projets d’envergure
  • Renforcer le Dual Training Program

Construction : pour la mise en place d’un ‘Provision Contract Bill’

Le secteur de la construction passe toujours par des moments difficiles. C’est ce que déplore Gérard Uckoor, président de l’Association des petits contracteurs. Il fait appel au gouvernement d’introduire des mesures pour soutenir les petits contracteurs.

Les propositions saillantes

  • La mise en place d’un Provision Contract Bill. Cela mettra de l’ordre et soulagera les petits entrepreneurs.
  • L’octroi des contrats importants aux petits contracteurs
  • Le contrôle des prix des matériaux de construction
  • La formation des jeunes dans divers métiers de la construction

Agriculture et pêche : cap sur la culture sous serre et la formation

Le chef du gouvernement se dit conscient que la communauté des petits planteurs, des pêcheurs et des éleveurs vit des moments difficiles. Ainsi, des mesures pour soulager ces petits entrepreneurs, dit-il, seront à l’agenda.

Les principales propositions

  • Un budget de Rs 225 millions pour la culture protégée
  • Accompagnement et assistance pour développer le sheltered farming (sous serre)
  • Des prêts sans intérêts accordés aux planteurs
  • Mettre des terrains inutilisés à la disposition des petits planteurs
  • Obtention de couvertures d’assurance qui couvriraient jusqu’à 50 % des pertes en cas de grosses averses ou de catastrophes naturelles.
  • La mise en place d’une plate-forme de formation pour guider et informer les petits planteurs et éleveurs
  • L’implémentation d’une valeur ajoutée sur les produits bio
  • un meilleur accompagnement des planteurs de canne à sucre
  • La construction de drains à Bassin-Carré et à St-Martin, où règne un problème d’hygiène concernant l’élevage
  • Une restructuration du service des vétérinaires pour une relance de l’élevage
  • L’introduction d’un plan d’assurance pour les animaux
  • Encourager l’autosuffisance alimentaire à travers des offres de semences à des prix bas
  • Le renouvellement du plan de financement des bateaux pour la pêche semi-industrielle, afin de permettre aux pêcheurs des lagons d’aller en haute mer chaque année
  • L’ouverture d’une école de formation pour les pêcheurs qui veulent se lancer dans la pêche hauturière
  • Une compensation aux pêcheurs partant à la retraite.

Immobilier : un cadre légal pour régulariser les activités

« Il y a un besoin de mettre de l’ordre dans le secteur de l’immobilier », affirme Laval Savreemootoo, président de l’Association des agents immobiliers.

Quelques propositions  à la loupe

  • Introduction d’un cadre légal pour réguler le secteur de l’immobilier
  • Accès à des voitures hors taxes
  • Assistance aux petits propriétaires de terrains dans la transformation de leurs propriétés en morcellements.
  • Extension de l’exemption pour le First-time buyer à plus de 20 perches
  • La révision de la loi concernant les étrangers bénéficiant d’un permis de résidence après avoir acquis un appartement.
  • La révision des activités des agents immobiliers opérant à Maurice sous une franchise
  • Une plate-forme permettant aux agents immobiliers de poster leurs propriétés en ligne
  • Encourager les agents étrangers opérant à Maurice à entrer en partenariat avec les agents locaux.
  • Permettre à des étrangers, surtout aux retraités, de venir s’installer à Maurice.