Live News

Budget 2018-19 - Dr Ashok Aubeeluck : «La création de 14.000 emplois augmentera l’inflation»

Les invités ayant participé au Grand Débat jeudi, au siège de BDO à Port-Louis.

Le discours du ministre des Finances a été décortiqué par les invités de Nawaz Noorbux et Jean-Luc Emile en début de soirée le jeudi 14 juin. Xavier-Luc Duval, leader de l’opposition, le ministre du Tourisme Anil Gayan, le député du MMM Reza Uteem, le Deputy Group Managing Partner de BDO Afsar Ebrahim, le député travailliste Arvin Boolell et le Dr Ashok Aubeeluck, économiste et ancien directeur du Budget, étaient réunis sur un plateau spécial au siège de BDO à Port-Louis.

Selon le Dr Ashok Aubeeluck, le pays a besoin d’une politique d’ouverture, précisant toutefois que le profil des étrangers devra être strict. « Il ne faut pas que les Mauriciens deviennent des étrangers dans le pays. De plus, le secteur privé ne crée pas de secteurs émergents. C’est le gouvernement qui le fait. Le taux de chômage est de 7 %, ce qui représente environ 46 000 emplois. La création de 14 000 emplois augmentera l’inflation. »

De son côté, Asfar Ebrahim de BDO a expliqué que « les gens qui paient moins d’impôts sont heureux, mais la plupart des contribuables qui paient l’impôt sur le revenu sont des riches qui ne sont donc pas concernés par la baisse de l’imposition annoncée par le Premier ministre. Malgré cette baisse, Pravind Jugnauth annonce que le montant de l’impôt sur le revenu augmentera ».

Xavier-Luc Duval a, pour sa part, qualifié le Budget d’« irréaliste ». « C’est un Budget mal cuit dans une cuisine mal éclairée. Il y avait beaucoup d’attentes, que ce soit pour le textile, le sucre et la pêche. Mais aucune solution n’a été trouvée. Même le tourisme bat de l’aile », a-t-il déclaré. Le leader de l’opposition a souligné que les secteurs porteurs d’hier ne sont plus les secteurs porteurs de demain. « C’est le dernier Budget de ce qui reste de l’Alliance Lepep car on a vu une enveloppe de Rs 180 millions pour la commission électorale. C’est un Budget avec un peu de social et beaucoup de maquillage. »

Le ministre Anil Gayan a donné la réplique au leader du Parti mauricien social-démocrate. Selon lui, « il s’agit d’un Budget qui est dans l’intérêt national, voire consensuel, notamment avec la création d’emplois ». Il est d’avis que ce Budget est celui de la conciliation. « Le Premier ministre a annoncé sept piliers qui sont importants pour transformer le pays. C’est normal que des mesures annoncées ne feront pas plaisir à l’opposition. Le Premier ministre, dans son allocution, a été à l’écoute des gens dans certains secteurs. »

Reza Uteem a, lui, fait ressortir que les mesures annoncées par Pravind Jugnauth sont « palliatives ». Le député du Mouvement militant mauricien a indiqué que le Premier ministre a donné « une gifle » au Deputy Prime Minister Ivan Collendavelloo en annonçant que l’augmentation du tarif de l’eau n’aura pas lieu.

Arvin Boolell, député du Parti travailliste, a utilisé les termes « déception totale » pour qualifier cet exercice budgétaire. « En voulant être populiste, on a ignoré les problèmes fondamentaux. Les secteurs productifs reculent. Les conséquences au niveau social et économique seront plus graves dans les mois à venir. »