Live News

Budget 2017-18 : Navin Ramgoolam se dit sceptique quant à l’avenir du pays

«Sans l’Inde, on n’aurait pas eu de budget. On devra rembourser cet emprunt. En 2005, le pays était au bord du précipice avec le niveau de la dette publique mais aujourd’hui, la situation est pire», a martelé Navin Ramgoolam lors d’un point de presse ce mardi 13 juin. 

Le leader du Parti travailliste (PTr) se dit très inquiet par rapport à l’endettement du pays : «La population ne fait plus confiance au gouvernement. Il y a beaucoup d’effets d’annonce dans le Budget 2017-18 et certaines mesures sont des ‘nonsense’. Il n’a pas de transparence.» 

Par rapport à l’affaire Betamax, Navin Ramgoolam fait ressortir qu’on ne sait pas comment on va payer les Rs 4,5 milliards. Il y aura certainement des répercussions si Maurice ne paie pas, lance-t-il. 

L’ancien Premier ministre est d’avis que le gouvernement a gaspillé la moitié de son mandat, mû par la vengeance : «Chaque semaine on a droit à des scandales. Le dernier en date est le communiqué au nom de Showkutally Soodhun concernant nos relations avec le Qatar. Qui fera confiance à un gouvernement qui agit ainsi ? C’est clair qu’on n’a pas de pilote. Nous avons un Premier ministre illégitime.» 

Navin Ramgoolam ajoute qu’aucun des 13 méga projets annoncés n’a été enclenché. «Dev Manraj a eu recours à des ‘accounting tricks’. Il n’y a eu aucune analyse macroéconomique dans ce Budget et il n’y a eu aucun détail sur le Metro Express. Il semblerait que le gouvernement ait peur de l’élection partielle au numéro 18.» 

Le leader du PTr s’interroge également sur la nomination de Yandraduth Googoolye sur le Board de la FSC. Il affirme qu’on devrait se poser des questions sur son retrait bancaire avant la fermeture de la Bramer Bank.

  • Ed nou pou kont ou!

  • Mauritius Finance

Related Article
 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !