Economie

Breakfast Meeting de Business Mauritius : un Roadmap pour améliorer le climat des affaires

port louis

Plusieurs sujets ont été abordés lors du Business Mauritius Breakfast Meeting, qui a eu lieu le jeudi 21 mars, au siège de cette association patronale à Ébène.

Le Business Mauritius Breakfast Meeting est une occasion pour le patronat de faire le point sur certains des grands chantiers de Business Mauritius. Jeudi, les sujets qui ont été abordés sont le National Business Roadmap, la situation sur le marché du travail - Business Mauritius a commandité un Employees Skills Survey - et la protection de l’environnement (Circular Economy).

National Business Roadmap

Business Mauritius organise un atelier de travail, le 3 avril 2019, pour valider son projet de National Business Roadmap et aussi ses propositions en vue du prochain Budget. C’est ce qu’a affirmé son CEO, Kevin Ramkaloan, lors de son intervention. Il explique que la démarche du National Business Roadmap vise à améliorer le climat des affaires dans les court, moyen et long termes et à assurer une meilleure coordination entre les secteurs public et privé pour travailler sur les enjeux importants touchant le pays. Ce Roadmap va aussi permettre à la communauté des affaires de travailler en vue de rehausser la croissance économique et d’identifier les opportunités pour les affaires durant toute l’année.

Kevin Ramkaloan laisse entendre que Business Mauritius s’est inspirée des travaux de l’Université de Harvard pour produire ce Roadmap, notamment en ce qui concerne le concept du Binding Constraint Model. Il explique que ce travail a été fait en consultation avec tous les membres de Business Mauritius « Nous avons défini nos propres contraintes par rapport à chaque secteur de l’économie, soit les finances, le secteur manufacturier et les TIC, pour développer notre propre modèle de travail ».

Une étude a été effectuée par Business Mauritius sur les problématiques liées à l’emploi, notamment les compétences requises, l’inadéquation, les soft skills, les besoins en formation et pourquoi des entreprises peinent à attirer de la main-d’œuvre. Cette étude a été faite sur un échantillon de 200 entreprises.

Se référant aux conclusions de cette étude, le Chief Operating Officer de Business Mauritius, Pradeep Dursun, a parlé de « skills mismatch » au niveau des ouvriers qualifiés, du management et du middle management. D’où son appel pour une formation plus cohérente. Il trouve qu’il faut préparer les jeunes pour leur choix de carrière dès l’école. Il estime qu’il y aurait moins de déséquilibre si l’on prépare les compétences. « Il faut préparer cette main-d’œuvre juvénile pour affronter les réalités dans le monde du travail », dit-il, avant d’évoquer l’importance de promouvoir la culture du travail (work ethics). La recette pour combattre le ‘skills mismatch’ est la formation. Pradeep Dursun parle des programmes taillés sur mesure pour répondre aux réalités ponctuelles. Il avance aussi qu’il faut commencer très tôt à parler de ‘career guidance’ dans le monde éducatif.

Économie circulaire

Lors du Breakfast Meeting, Michael Appaya, chargé de mission énergétique chez Business Mauritius, a parlé de la gestion des déchets. Il a attiré l’attention que d’après la nomenclature internationale, « Maurice doit passer du mode de gestion structuré des déchets à un mode économique des déchets. » Ce qui implique des investissements dans les nouvelles technologies. Il a aussi parlé d’un projet pilote lancé par Business Mauritius sur l’efficacité énergétique et qui a vu la participation de neuf entreprises, dont Panagora, Espace Maison, Rose-Hill Transport, Mautourco, Velogic et United Basalt. Une étude a révélé que leurs notes énergétiques cumulées sont de Rs 190 millions. Le plan mis en place, dit-il, « va leur permettre de réduire leur note de 7 à 10% soit autour de Rs 20 millions. »

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !