Faits Divers

Braquage d’une station-service : un policier condamné à trois ans de prison

Cour intermédiaire

Le verdict a été prononcé en cour intermédiaire. Jean Louis Berny Barbot, un ancien policier, a été condamné à trois ans de prison après avoir été jugé coupable d’avoir commis un braquage, le 6 avril 2014, à une station-service à Highlands. Le policier avait plaidé avoir été victime de la drogue. La cour a statué qu’une peine d’emprisonnement est justifiée, car l’accusé était policier.

Jean Louis Berny Barbot, âgé de 34 ans et habitant Cité Malherbes, Curepipe, était poursuivi devant la cour intermédiaire sous deux accusations. Notamment « vol commis par deux individus masqués » et de « possession d’articles obtenus de manière criminelle ». L’ancien policier avait plaidé coupable. Le délit avait été commis le 6 avril 2014 à Highlands. 

L’ancien policier est accusé d’avoir braqué une station-service en compagnie d’autres complices. Ils étaient masqués et armés de sabres. Ils avaient fait main basse sur des articles d’une valeur de Rs 28 000. 

La sentence a été prononcée par la magistrate Nadjiyya Dauhoo. Celle-ci a infligé une peine de trois ans de prison à l’ex-policier Jean Louis Berny Barbot. Ce dernier avait déposé sous serment avant l’énoncé de sa sentence. Il avait présenté des excuses et dit sincèrement regretter son acte. Cet ancien constable a également déclaré qu’il a déjà perdu son emploi. Et, que c’est pour lui, la plus sévère peine. 

Aucune preuve qu’il peut réintégrer la société 

Jean Louis Berny Barbot a affirmé qu’il avait commis ce délit car il était toxicomane et avait besoin d’argent pour acheter sa dose. L’ex-constable a souligné qu’il a vaincu sa toxicomanie et qu’il suit un traitement à la méthadone. Il a aussi soutenu qu’il est atteint des hépatites B et C et qu’il a plusieurs fois été admis à l’hôpital Victoria à Candos et à l’hôpital Brown Sequard. 

À l’énoncé de la sentence, la magistrate Nadjiyya Dauhoo a souligné qu’en tant qu’officier des forces de l’ordre, le policier connaissait les conséquences de la consommation de drogue.

La magistrate fait ressortir qu’étant un policier qui a reçu une formation rigoureuse, Jean Louis Berny Barbot aurait dû être un modèle pour la communauté et ne pas se laisser influencer par des amis. La cour note qu’il a trahi la confiance du public en s’impliquant dans une affaire de vol avec circonstances aggravantes pour financer sa toxicomanie. 

La magistrate souligne qu’il n’y a aucun certificat médical qui prouve que l’accusé suit un traitement à la méthadone. Elle ajoute  qu’il n’y a aucune preuve indiquant que l’ex-policier est guéri et qu’il peut réintégrer la société. 

De plus, la cour ne peut pas ignorer le fait que l’accusé était en compagnie d’autres complices au moment des faits, qu’il portait un masque et était armé de sabre. L’attaque avait été perpétrée sur une personne sans défense en début de soirée. La cour a, de ce fait, statué qu’une peine d’emprisonnement est amplement justifiée en dépit du fait que le policier a un casier judiciaire vierge. 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • A loan with perspective