Actualités

Braconnage d’espèces protégées à Mayotte : 28 cadavres de tortues découverts pendant le confinement

28 cadavres de tortues… c’est le triste spectacle qu’offrent les plages de Moya à Mayotte en cette période de confinement. L’association Oulanga na Nyamba tire la sonnette d’alarme car le braconnage des tortures est en hausse en ce période de crise sanitaire sur les plages de ponte. L’association a également porté plainte pour destruction d’espèces protégées.

Depuis le 17 mars, 28 tortues ont été victimes de braconnage sur la plage de Moya. L’association précise que les massacres sont signalés dans toute l’île.

Dans un communiqué de presse publié le dimanche 26 avril, l’association Oulanga na Nyamba explique qu’en cette période de confinement les plages sont désertes. Même ceux devant assurer la surveillance ne sont pas là.  Les braconniers en profitent.

Le 21 avril, l’association a adressé un courrielpour se plaindrede la destruction d’espères protégées auprès du Substitut du Procurer responsable de l’environnement et a alerté la Préfecture.

Un spectacle à ne pas manquer

Moya est la deuxième plus importante plage de ponte de Mayotte, après Saziley. Elle accueille durant la journée les touristes comme les résidents. Le soir, la ponte des femelles tortuesreprésente un magnifique spectacle à ne pas manquer.

Selon les experts la plage de Moya ne sera plus la même d’ici la fin du confinement.Le braconnage intense fait déjà flotter une odeur désagréable et persistante dans l’air. Ce massacre est un drame pour Mayotte, une îlequisouhaite résolumentde se tourner vers l’économie bleue.

A Mayotte des centaines de tortures sont malheureusement braconnées chaque année. Ainsi, l’association Oulanga na Nyamba lance-t-elle un pressant appel à la mobilisation contre« ces actes de barbarie. »Pour la préservation du patrimoine naturel mahorais.

Située à 1 560 kilomètres de Maurice, Mayotte est une très belle île où il est aussi possible de nager avec les tortures. 

Nous en avons parlé dans l’édition de L’Hebdo-Le Dimanche du 8 mars dernier.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !