Xplik ou K

Bousculade entre collégiens : le petit Ezéchiel, 11 ans, livré à lui-même 

ezechiel Il a reçu quatre points de suture à l’hôpital.

Y-t-il eu non-assistance à personne en danger ? C’est la question que se pose la mère d’un petit garçon, révoltée par l’incident dont son fils unique a été victime, mercredi dernier. Pour exprimer sa colère, elle a publié des photos de son fils avec son histoire sur les réseaux sociaux. 

«Une histoire révoltante », ont commenté de nombreux internautes. « Comment se fait-il qu’un petit garçon tombe et que personne ne lui vienne en aide ». Le chauffeur et le receveur de l’autobus n’ont-ils rien vu ? « Ben li ti kapav roul lor sa zanfan la », commentent les autres. 

Comme chaque matin, le petit garçon de 11 ans a quitté son domicile à 6 h 30 pour se rendre à l’arrêt d’autobus. Sur place et comme d’habitude, les écoliers se bousculent pour entrer dans l’autobus. Soudain, le petit Ezéchiel se retrouve à terre. Selon ses dires, certaines personnes se sont retournées vers lui, mais personne ne lui est venu en aide. L’autobus démarre et le jeune collégien, en sang, reste à terre. 

Ce n’est que quelques minutes plus tard qu’un parent, venu déposer son enfant à l’arrêt, voit le garçon en pleurs. Il s’approche de lui et lui propose de le ramener à la maison. « J’ai eu un choc lorsque j’ai vu mon fils. Sa chemise était couverte de sang et il était blessé au bras, explique Cathriona S. Heureusement, j’étais toujours à la maison. Il m’a relaté ce qui s’était passé et m’a dit qu’un homme l’a déposé devant la porte. Je l’ai emmené à l’hôpital où il a fallu lui poser quatre points de suture. Depuis, il a très mal dormi, il se plaint de son bras et semble très perturbé »,  ajoute la mère. Cette dernière avance qu’elle a dû payer un taxi pour que son fils aille à l’école, car depuis l’incident, elle a peur. Elle consignera une déclaration au poste de police de sa localité. 

Contacté, un préposé de la National Transport Authority avance que les employés du service du transport public ont le devoir « de venir en aide aux personnes, dans la mesure de leur possibilité » et avance que le chauffeur n’a rien vu. « Au cas contraire, il aurait agi. » 

Le message d’une mère 

« Je lance un appel d’abord aux parents pour qu’ils expliquent à leurs enfants qu’il importe de protéger les plus petits, et non les dominer. Par exemple, quand on monte dans le bus, il ne faut pas bousculer les autres. Je lance aussi un appel aux chauffeurs et receveurs pour venir en aide aux personnes en difficulté. Toute autre personne qui voit un tel incident au cours duquel un enfant est blessé, devrait intervenir. » 

Sur les ondes de Radio Plus, Cathriona a également souhaité exprimer sa gratitude à la personne qui s’est arrêtée pour porter secours à son fils. « C’est mon fils unique. Mon cœur de maman saigne chaque fois qu’il a mal. Je remercie du fond du cœur la personne qui l’a ramené à la maison. Je souhaiterais le rencontrer pour le remercier en face ». 


Problème d’autobus à Trou-d’Eau-Douce 

Cathriona a également déploré les problèmes de transport qui causent des inconvénients aux habitants de la région et surtout aux étudiants. « Pour prendre le bus, beaucoup d’entre eux doivent marcher sur une bonne distance, jusqu’à la plage et souvent les autobus sont remplis. De plus, ils sont nombreux à devoir quitter la maison à 6 heures ou 6 h 30 tous les matins. Ce n’est pas humain. » 

Elle demande donc aux autorités concernées de réfléchir à une solution pour régler ce problème de transport.