Live News

Bouleversant témoignage d’un père : «De l'ombre à la lumière»

Andy a pu tourner le dos à ses démons.

Dans ce récit poignant,  Max, 64 ans, nous parle à cœur ouvert de son fils Andy qui avait sombré dans la délinquance quand il était étudiant. Aujourd’hui, il a changé. Andy, 29 ans, est devenu un professionnel respecté dans le secteur de la haute finance. S’il a pu s’en sortir, il le doit à son père. Ce dernier, soucieux de l’avenir de ses deux enfants, n’a pas lésiné sur les moyens pour les soutenir. Alors que sa fille cadette était sur le point de terminer brillamment son parcours scolaire dans un des collèges de Lorette, Andy est parti à la dérive. Indépendant, rebelle et indiscipliné, il a fait voir de toutes les couleurs à ses professeurs, mais il a fini par surprendre tout le monde.

Retour dans le passé, plus précisément au moment quand Andy a reçu ses résultats du School Certificate. Il avait échoué et avait dit à son père : « Papa, to pou gaspiy to kass ar mwa. To pou bizin pey fees lexame pou mwa. Vo mie mo al enn lekol teknik. »

Cependant, comme son père tenait absolument à ce qu’il poursuive ses études. Il lui a dit de ne pas s’en faire pour le paiement des frais d’examens. « Mo kass sa. Pa kass latet ». Max a aussi ajouté qu’il ne lui ferait aucun reproche en cas de deuxième échec aux examens du SC. Il promet à son fils de le faire intégrer un collège confessionnel pour faire son Higher School Certificate (HSC) en cas de réussite : « Mo donn twa mo parol ».

Les paroles de son père ont eu un effet sur Andy, qui, libéré de toute pression, décide de mettre de l’ordre dans sa vie. Du jour au lendemain, il prend ses distances de ses amis du quartier de Plaisance où il était chef de bande, une position qu’il a occupée grâce à sa maîtrise des arts martiaux. Il commandait le respect dans la rue et se livrait à tous les excès. Étudiant au collège Eden, il montrait une totale indifférence pour les études. Ses mauvaises notes et son comportement lui ont valu de nombreux rappels à l’ordre. Andy a évité plusieurs fois l’expulsion, grâce aux interventions de son père.

«Fer mwa plezir, double to form V» 

C’est quand la famille d’Andy a quitté un quartier huppé de Quatre-Bornes pour s’installer dans leur nouvelle maison dans la banlieue de Rose-Hill, proche de Plaisance, qu’Andy est tombé dans la délinquance. Il a commencé à se nouer d’amitié avec les jeunes désœuvrés du quartier avec qui, il disait, trouver son bonheur. Max, conscient de cette situation, voulait quitter cet endroit malfamé. « Je voulais même vendre notre maison acquise au prix d’énormes sacrifices. Cependant, cette idée a été vite abandonnée et la famille s’est alors réfugiée dans la prière », relate-t-il.  

C’est entendant son père lui dire : « Fer mwa plezir, double to form V », qu’Andy a changé radicalement. Il coupe les ponts avec ses amis du quartier, se réveille à trois heures du matin pour étudier et accueille aussi chez lui des amis du collège. Ensemble, ils vont s’entraider et partager leur savoir. Tous ces efforts ont porté leurs fruits. Andy obtient de bons résultats au premier trimestre, mais le collège est convaincu qu’il a triché.

Max est alors convoqué pour la énième fois au collège. « Je me suis demandé ce qu’Andy a encore pu bien faire. Là, j’ai appris qu’il avait triché en copiant dans la salle d’examens. Des points allaient être enlevés à ses notes comme sanction. Andy, pour sa part, a juré que tel n’avait pas été le cas, mais décide de passer l’éponge. Soutenu par son père, il se remet au travail avec encore plus d’acharnement. À la surprise générale de son collège et de ses amis, Andy réussit ses examens du School Certificate avec brio. 

Higher School Certificate

Cependant, le combat était loin d’être terminé pour Max, car il lui fallait honorer la promesse faite à Andy, celle de le faire intégrer un collège confessionnel pour faire son HSC. Max a contacté un premier collège, mais il n’y avait pas de place pour son fils. Avant de contacter un autre collège, il décide de mettre toutes les chances de son côté. Il se met à prier, puis va voir une vieille connaissance. Il s’agit d’une haute personnalité du clergé catholique qui s’empresse de rédiger une chaleureuse lettre de recommandation.  Persuadé que la lettre de recommandation allait faire son effet, Max va voir le recteur du collège catholique, cependant, il va vite déchanter. En effet, le recteur du collège n’est pas impressionné par la lettre de recommandation. Le père d’Andy tente de le faire changer d’avis en lui expliquant qu’il a rencontré ce haut dignitaire de l’Église dans le cadre de son travail. Au fil des années, ils sont devenus amis et c’est la raison pour laquelle il a sollicité son aide. Puis, Max va mettre les pieds dans le plat en proposant son aide gratuitement au recteur. Ce dernier, un homme incorruptible et très à cheval sur le règlement, se met dans une rage folle et Max, qui ne s’attendait pas à une telle réaction, a battu en retraite. 

Eden

Le plus dur restait à faire pour Max : annoncer l’échec de cette deuxième tentative à Andy. Ce dernier, mis au courant des tentatives infructueuses de son père, fait part à ce dernier de son intention de poursuivre ses études dans son collège. Une décision qui s’est avérée par la suite juste. En effet, le petit nombre d’élèves en Lower VI profitait d’un encadrement de qualité de la part des enseignants. « J’ai entendu dire que dans les deux collèges confessionnels où je voulais poursuivre mes études, les classes étaient bondées. Certains des élèves voulaient même retourner au collège Eden pour terminer leurs études », relate Andy. Il a brillamment réussi à ses examens de HSC et aujourd’hui, il travaille dans une banque. 

La direction du collège Eden est fière d’Andy. Souvent cité en exemple, le jeune homme a été invité à s’adresser aux élèves de l’institution pour raconter son histoire et expliquer comment il a pu sortir des ténèbres et aller vers la lumière.

  • Coronavirus

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • SMP