Live News

Boskalis: la Cour de Rotterdam a «cessé sa collaboration» avec les autorités mauriciennes, dit Me Ahmine

Le procès intenté à Siddick Chady et Prakash Maunthroo a été appelé ce mardi après-midi 21 novembre en Cour intermédiaire. 

Me Rashid Ahmine, adjoint au Directeur des poursuites publiques (DPP), a informé la magistrate Wendy Rangan que la Cour de Rotterdam «a cessé sa collaboration» avec les autorités mauriciennes. Ce qui implique que le contre-interrogatoire du néerlandais Antonius Wilhemus de Goede par visioconférence ne pourra se poursuivre.

Me Rashid Ahmine a soutenu avoir reçu un message de l’office of prosecution des Pays-Bas à l’effet que le témoignage par visioconférence du Néerlandais est en train de placer un «stress disproportionné» sur le travail de la Cour de Rotterdam. D’où la décision de suspendre la collaboration.

Me Siddartha Hawoldar, avocat de Prakash Maunthrooa, a alors demandé à ce que tout le témoignage d'Antonius Wilhemus de Goede recueilli jusqu’ici soit retiré du procès-verbal.

Me Said Toorbuth, avocat de Siddick Chady, a invité la poursuite à revoir sa démarche de poursuivre les deux deux prévenus. 

Me Rashid Ahmine insiste lui que le procès doit se poursuivre avec l’audition des autres témoins.

La cour fera connaître sa décision  le 13 décembre.

Siddick Chady et Prakash Maunthrooa, respectivement ancien Chairman et ancien directeur général de la Mauritius Ports Authority, sont accusés de corruption et d’entente délictueuse dans l’allocation d’un contrat à la firme néerlandaise Boskalis International BV. Cette société avait, en 2006, décroché un contrat estimé à Rs 439 millions pour des travaux de dragage dans le port. Boskalis aurait offert des pots-de-vin de Rs 3 millions à Siddick Chady avec la complicité présumée de Prakash Maunthrooa, selon l’acte d’accusation. Les deux plaident non coupables.