Politique

Bobby Hurreeram : «La partielle sera un test pour Ramgoolam»

 La machinerie pour une partielle dans la circonscription est en passe d’être enclenchée. Bobby Hurreeram exhorte Navin Ramgoolam à se porter candidat, histoire de tester « seki li vo ». Le Chief Whip intervenait à la conférence de presse du gouvernement, le samedi 23 mars 2019 à Victoria House, Port-Louis. 

«Rien ni personne ne pourra chambouler les plans du Premier ministre (PM). Encore moins une démission. » C’est ce qu’a déclaré d’emblée Bobby Hurreeram. Il n’a cessé d’ailleurs de le marteler depuis la démission de Vishnu Lutchmeenaraidoo à la fois comme ministre des Affaires étrangères et député jeudi. Prenant le soin de rappeler que celui-ci a ses propres raisons pour avoir fait cette démarche, le Chief Whip a indiqué que c’est certes triste de perdre un collègue, mais que « le pays doit continuer à fonctionner ». 

À la question de savoir si l’ancien chef de la diplomatie a pris cette décision par crainte d’une éventuelle sanction de la part du PM, Bobby Hurreeram a préféré laisser chacun libre de tirer ses propres conclusions. Ce qui est sûr, selon lui, c’est que « rien n’ébranlera l’agenda du PM ». Il a précisé que ce n’était pas ce qu’il qualifiait de « hiccup (contretemps, NdlR) dans la vie politique » qui changerait quoi que ce soit aux projets du gouvernement, qui dispose d’un an encore pour les accomplir. 

Il a rappelé que le Mouvement socialiste militant était déjà sur le pied de guerre concernant l’élection partielle qui se tiendra dans la circonscription no 7 (Piton/Rivière-du-Rempart). « Se enn lokazion ekstraordiner pou Navin Ramgoolam vinn align li kom kandida. Selman, kouma nou dir an kreol : ‘Pou bizin ena fiel pou vinn lager’ », a déclaré Bobby Hurreeram. 

Il estime que la partielle sera comme un litmus test décisif pour le leader du Parti Travailliste. « Pou tou seki li koze e tou seki li dir, mo dir li desann lor terin. Nou ava gete ki li vo. E mo pena okenn dout ki revey pou brital, sirtou kan zot pou realize that they are riding a dead horse. And setting up a committee to analyze the horse pa pou amen okenn par. Kan inn mor, inn mor. » 


Future Textiles fera l’objet d’une enquête approfondie

Soodesh Callichurn, qui était lui aussi présent à la conférence de presse, s’est, pour sa part, appesanti sur la situation du secteur textile. Il a annoncé qu’un inspecteur serait bientôt mandaté pour mener une enquête approfondie sur la société Future Textiles. L’objectif : savoir où est parti l’argent, car le ministère du Travail a dit ne pas comprendre comment une firme qui était profitable se retrouve du jour au lendemain confrontée à un manque de liquidités. 

« Un audit a été mené. Entre 2014 et 2016, les revenus de l’entreprise ont augmenté. En 2018, les chiffres ont chuté. Toujours entre 2014 et 2016, la firme a engrangé Rs 20 millions de profits. Des dividendes ont même été payés en 2017. Si la firme n’avait pas été profitable, comment aurait-elle pu payer les dividendes ? Si elle faisait des pertes, comment aurait-elle pu accorder un emprunt de Rs 25 millions à une de ses filiales à Madagascar ? » s’est demandé Soodesh Callichurn. 

Le ministre a fait une sortie contre Navin Ramgoolam pour ses propos au sujet de l’usine Palmar Ltée, qui a fermé ses portes. Il a trouvé déplorable que le leader des rouges prenait « un cas isolé » pour « brosser un tableau noir » de l’économie du pays en général. Soodesh Callichurn a concédé que le textile, autrefois florissant, vivait des moments difficiles, tant à Maurice qu’à l’étranger. Il a toutefois rappelé que le gouvernement avait pris des actions pour soutenir cette industrie.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !