Live News

[Blog] Pour un monde rassemblé, au lieu de déchiré

Les États-Unis d’Amérique accueilleront le « Sommet virtuel pour la Démocratie » les 9 et 10 Décembre 2021, se permettant de définir qui doit assister à l'événement et qui ne doit pas, qui est un « pays démocratique »  et qui n'est pas éligible à un tel statut. 

Un produit évident de la mentalité de la Guerre froide, cela attisera la confrontation idéologique et une fracture dans le monde, créant de nouvelles lignes de division. Cette tendance contredit le développement du monde moderne. La Russie et la Chine rejettent fermement cet acte.

La paix, le développement, l'équité, la justice, la démocratie et la liberté sont des valeurs communes de l'Humanité. La démocratie n'est pas une prérogative d'un certain pays ou d'un groupe de pays, mais un droit universel de tous les peuples. Il peut être réalisé de plusieurs manières et aucun modèle ne peut s'adapter à tous les pays. Si la voie d'un pays fonctionne, cela dépend si elle répond aux réalités du pays, suit la tendance de l'époque et apporte le développement économique, la stabilité et le progrès social et une vie meilleure au peuple. Finalement, elle s'appuie sur le soutien de la population et sera prouvée par sa contribution au progrès humain.

La démocratie n'est pas seulement une question de gouvernance interne; elle devrait également se refléter dans les relations internationales. Un gouvernement véritablement démocratique soutiendra la démocratie dans les relations internationales. Il ne favorisera pas l'hégémonie et la division à l'étranger tout en construisant la démocratie et l'unité au niveau national. La voie de la prospérité des nations passe par une coopération respectueuse des unes avec des autres, malgré certaines divergences de vues sur des questions particulières.

Afficher « l’ordre international fondé sur les règles » sans faire référence à l’ONU et au droit international et tenter de remplacer les règles internationales par les diktats de certains blocs relèvent du révisionnisme et sont évidemment anti-démocratiques.»

Gouvernance mondiale plus inclusive

La souveraineté, la sécurité et les intérêts de développement d'un pays ne doivent pas être violés. L’ingérence dans les affaires intérieures d'autres pays — sous prétexte de la lutte contre la corruption, la promotion des valeurs démocratiques ou la protection des droits de l'homme — l’obstruction de leur développement, brandissant le gros bâton des sanctions et voire portant atteinte à leur souveraineté, à leur unité et à leur intégrité territoriale vont à l'encontre de la Charte des Nations Unies et d'autres normes fondamentales du droit international et sont évidemment anti-démocratiques.

Aucun pays n'a le droit de juger le paysage politique vaste et varié du monde sur un seul critère. Imposer son propre système politique par la 
« révolution des couleurs », le changement de régime et même le recours à la force va à l'encontre du droit international et est évidemment anti-démocratique.

Les affaires internationales doivent être traitées conformément aux principes d'une consultation approfondie, d'une contribution conjointe et d'avantages partagés, et décidées dans l'esprit d'un véritable multilatéralisme. Il devrait avoir une gouvernance mondiale plus inclusive, et non pas la loi de la jungle où « la force rend juste ». Rechercher la suprématie et l’arrogance sont des actes d'hégémonisme et d'unilatéralisme, et sont évidemment anti-démocratiques.

La sécurité et le développement communs sont une aspiration dominante de la communauté internationale. Utiliser l'idéologie pour faire tomber d'autres pays et promouvoir une géostratégie pour une sécurité absolue de soi-même conduiront à la division et à la confrontation et sont évidemment anti-démocratiques. Il n'y a qu'un seul système international dans le monde, c'est-à-dire le système international avec l'ONU en son cœur. Il n'y a qu'un seul ordre international, c'est-à-dire celui qui est soutenu par le droit international. Et il n'y a qu'un seul ensemble de règles, c'est-à-dire les normes de base gouvernant les relations internationales, basées sur les buts et les principes de la Charte des Nations Unies.

Afficher « l'ordre international fondé sur les règles » sans faire référence à l'ONU et au droit international et tenter de remplacer les règles internationales par les diktats de certains blocs relèvent du révisionnisme et sont évidemment anti-démocratique.

La démocratie n’est pas seulement une question de gouvernance interne; elle devrait également se refléter dans les relations internationales.»

Progrès Communs

Les guerres et les troubles dans le monde entier ne manquent pas pour prouver que la propagation de la démocratie, du système politique et des valeurs d’un seul pays ou d’un seul groupe de pays contre les autres pays sapera gravement la paix, la sécurité et la stabilité régionale et internationale. Les bombardements de la Yougoslavie, l'intervention militaire en Irak, en Afghanistan et en Libye, effectués par certains pays occidentaux ainsi que la « transformation démocratique » dans de nombreux pays ne font que nuire. Les pays devraient se concentrer sur la bonne gestion de leurs propres affaires et non sur la critique condescendante des autres. Il n'y a pas lieu de s'inquiéter de la démocratie en Russie et en Chine. Notre longue histoire et notre brillante civilisation nous enseignent autant de valeurs qu’il faut pour aller en avant. Vaudrait mieux que les « donneurs de leçon » gèrent bien ce qui se passe chez eux-mêmes et donnent un exemple plutôt positif aux autres. 

Confrontés à toute une série de défis mondiaux, les pays doivent d'urgence renforcer la coordination et la coopération pour des progrès communs. Aujourd'hui surtout la communauté internationale doit améliorer la coopération entre tous les pays pour contrer la pandémie de la COVID-19 et le changement climatique, favoriser le développement économique et neutraliser les menaces transfrontalières.

Diplomatie Basée sur les Valeurs

La Russie et la Chine appellent les pays à cesser d'utiliser la « diplomatie basée sur les valeurs » pour provoquer la division et la confrontation, à pratiquer le respect mutuel et la coopération gagnant-gagnant dans les relations internationales, et à œuvrer pour une coexistence harmonieuse entre les pays ayant des systèmes sociaux, des idéologies, des histoires, des cultures et des voies de développement différents.La Russie et la Chine apprécient hautement la stabilité et le progrès socio-politiques de Maurice, son système et sa voie de développement propres à elle, et son esprit à la fois d’ouverture et de préservation de ses valeurs spirituelles et morales et de ses traditions culturelles qui favorise son multiculturalisme, facteur clé de son avancée non seulement en Afrique mais aussi dans le monde. Nous continuerons à travailler avec elle, sur le pied de respect et d’égalité, pour renforcer la coopération aussi bien dans des domaines économique et culturel que sur des dossiers internationaux pour sauvegarder la paix, la sécurité, la justice, la souveraineté et l’intégrité territoriale. 

Konstantin KLIMOVSKIY

Ambassadeur de Russie à Maurice

ZHU Liying

Ambassadeur de Chine à Maurice

  • The news 218i Gran Coupé

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !