Faits Divers

Blanchiment d’argent lié au trafic de drogue : le clan Neptune tente de vendre des biens

icac

Les enquêteurs de la commission anticorruption disposent des informations selon lesquelles des prête-noms et autres proches du clan d’Hansley Neptune, tenteraient de vendre tous les biens du « JCB Man ». Certaines personnes considérées comme des « proches » du clan sont placées sous surveillance.

Depuis la semaine passée, plusieurs individus de la région de Résidence Kennedy ont été interrogés de manière informelle par l’Intelligence Team de l’Icac. Des véhicules et des motos de grosses cylindrées utilisés par les proches du clan Neptune, intéressent les enquêteurs de l’Icac. Ceux-ci savent que le clan utilise des prête-noms pour acquérir des biens mobiliers, notamment des voitures et des motocyclettes grosses cylindrées.  Hansley Neptune, habitant de Résidence Kennedy, Quatre-Bornes, est recherché depuis novembre 2018, depuis qu’il s’est échappé après une course poursuite.  Il s’agit d’une enquête sur le blanchiment d’argent par les membres du réseau basé à Résidence Kennedy. Hansley Neptune est soupçonné d’être un des pions clés de ce réseau spécialisé dans le trafic d’opiacés. Les enquêteurs de la commission passent également au crible les biens des proches d’Hansley Neptune. La commission n’écarte pas la possibilité que les proches auraient agi comme prête-noms, pour faciliter les achats de véhicules pour le compte de Hansley Neptune.  C’est dans la soirée du 28 janvier,  deux mois après son escapade, que la commission a pu récupérer la tractopelle utilisée par Neptune dans sa fuite. L’engin avait été à abandonné sur un terrain en friche dans la région des Gorges de la Rivière-Noire. Il portait une fausse plaque d’immatriculation, dans le but évident de camoufler l’engin de chantier et empêcher ainsi les autorités de remonter sa piste.

Depuis, le suspect Neptune, alias Coco, recherché depuis plus de deux ans par l’Icac, continue de narguer la police en jouant à l’homme invisible.  Hansley Neptune est soupçonné d’avoir aidé dans l’acquisition de bateaux utilisés pour le transport de cargaisons de drogue, sur l’axe Madagascar-Réunion-Maurice. L’utilisation de bateaux, soupçonnés appartenir au réseau de Résidence Kennedy, était privilégié dans le cadre du trafic de 42,2 kilos d’héroïne et 6,2 kilos de cannabis, pour une valeur estimée à Rs 600 millions.