Faits Divers

Blanchiment d’argent allégué : des poursuites initiées contre le couple Surengon

icac

Des poursuites ont été lancées après l’arrestation de Jacquelin Surengon, 52 ans, et de son épouse Nooreza Edoo Surengon, 48 ans, à la suite de l’enquête de l’Icac sur du blanchiment d’argent lié à des activités illicites. Cette enquête, cependant, n’est toujours pas bouclée, des investigations étant toujours en cours. C’est dans la journée du mercredi 4 septembre que le couple Surengon a été convoqué et inculpé provisoirement pour blanchiment d’argent. L’Independant Commission against Corruption (Icac) soupçonne le couple d’être aussi impliqué dans d’autres activités similaires. 

L’enquête de l’Icac a jusqu’ici révélé que Jacquelin Surengon aurait acheté une voiture pour la somme de Rs 150 000 en 2016. Lorsque les enquêteurs ont voulu établir la provenance de cette somme d’argent, Jacquelin Surengon n’a pu fournir des explications plausibles et les soupçons des officiers de l’Icac ont été confirmés. 

L’épouse de Jacquelin Surengon, Nooreza Edoo, est soupçonnée d’avoir fait l’acquisition du bateau « Ti Amor » avec de l’argent perçu d’activités illicites. Le bateau avait été acquis pour la somme de Rs 400 000 avec un moteur de la marque Yamaha, acheté pour Rs 74 000, lors de cette transaction.  

Après avoir passé au crible les autres biens de cette femme, l’Icac a été intriguée par une transaction de vente d’une autre embarcation. Il s’agissait du « Maggie May », soupçonné d’opérer sur l’axe Maurice-Madagascar-Réunion dans le trafic d’opiacés. L’Icac soupçonne Nooreza Edoo d’avoir transféré ce bateau, estimé à Rs 500 000, au nom d’un de ses proches, car l’argent utilisé pour l’achat proviendrait encore une fois d’un trafic de drogue. 

Le couple Surengon vit depuis quelque temps sur le Yatch Ti Amor, ancré dans le lagon de Grand-Baie. Dans la journée du mercredi 4 septembre, le couple Surengon a été une nouvelle fois traduit devant la justice. Une accusation provisoire de blanchiment d’argent a été retenue contre Nooreza Edoo et Jacquelin Surengon. Le couple a obtenu la liberté conditionnelle contre une caution de Rs 15 000 chacun et une reconnaissance de dette à hauteur de Rs 100 000.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !