Xplik ou K

Bidouce, 107 ans, obtient enfin sa carte d’identité

Eric et Geneviève aux côtés de la centenaire Andrea Malabar.

Le jeudi 31 mai 2018, Geneviève Davis s’est tournée vers la rédaction d’Xplik ou K pour faire part des difficultés qu’elle éprouvait pour faire établir la nouvelle carte d’identité d’une centenaire dont elle s’occupe depuis 23 ans. Son appel a été entendu.

C’est chose faite depuis le lundi 4 juin. Âgée de 107 ans, Andrea Malabar, surnommée Tante Bidouce, peut désormais dormir sur ses deux oreilles. Cela faisait presque un an qu’elle attendait de recevoir sa nouvelle carte d’identité nationale. « Depuis l’entrée en vigueur de la loi en juin dernier, j’ai entamé les procédures pour obtenir la carte d’identité d’Andrea. J’attendais qu’une équipe puisse se déplacer et entamer les démarches afin qu’elle obtienne sa carte. Vu son âge très avancé, elle ne peut plus se déplacer », explique Geneviève Davis, la cinquantaine. Entre-temps, dit-elle, elle a pu obtenir un document à présenter au bureau de la Sécurité sociale afin qu’elle puisse toucher sa pension.

Bidouce
William Ayelou et un employé de l’État civil remettant sa carte d’identité à la vieille dame.

Lors de son intervention jeudi dernier sur Radio Plus, William Mario Ayelou, Registrar au bureau de l’état civil, avait promis de faire le nécessaire pour que la vieille dame puisse obtenir sa carte au plus vite. Chose promise, chose due. Le lundi 4 juin, le Registrar en personne s’est rendu au domicile des Davis en compagnie de l’équipe mobile du Bureau de l’état civil pour lui remettre sa carte. « J’avais pris l’engagement à l’antenne de traiter ce cas le plus rapidement possible. Nous devons du respect à cette centenaire. Je me suis occupé personnellement de ce cas. C’était une priorité », soutient le responsable.

Le Registrar a profité de l’occasion pour préciser qu’une équipe mobile est à la disposition des citoyens qui ne sont pas en mesure de se déplacer. « L’équipe mobile couvre l’ensembe du pays. Cependant, les démarches prennent du temps, car une seule équipe travaille », ajoute William Mario Ayelou.

23 ans à s’occuper de la dame

Marie Andréa Malabar est veuve depuis plus de 35 ans, elle n’a pas d’enfant. C’est Geneviève Davis qui s’occupe de la vieille dame depuis 1995. « Il y a 23 ans, mon mari et moi cherchions une maison dans la région. Nous nous sommes aperçus qu’elle habitait seule. C’est de là que nous est venue l’idée d’acheter la maison et de nous occuper d’elle depuis le 5 novembre 1995 », dit-elle fièrement. C’est une grande responsabilité, souligne Geneviève qui a cessé de travailler pour consacrer tout son temps à Tante Bidouce. « Je n’ai jamais eu de problème pour m’occuper d’elle. Ce n’est qu’il y a deux ans qu’elle a commencé à être déséquilibrée à cause de la vieillesse », dit-elle. « Elle se réveille à trois heures du matin pour dîner, mais nous nous sommes arrangés mon épouse et moi afin de nous occuper d’elle » confie Éric. « Nous voulons son bien-être et nous nous occupons d’elle comme de notre maman », ajoute-t-il. En sus, des membres de la famille se relaient pour s’occuper de l’aïeule durant l’absence de Geneviève et son époux, dont Rosemay Arnachellum et les trois enfants du couple Anne-Dora, Allwyn et Aldric, le benjamin de la fratrie âgé de 16 ans.

Bidouce
L’équipe mobile du bureau de l’état civil sillonne l’île pour ceux qui ne peuvent faire le déplacement.