Live News

Benzie Gabriel : «Mo finn al kot granmer pou touy li»

Benzie Gabriel Ce chauffeur de 24 ans a plaidé coupable à l’accusation de « manslaughter »

Benzie Thierry Gabriel n’avait que 21 ans en 2015 lorsqu’il a assené trois coups de couteau à Marie-Thérèse Julia Furcy, âgée de 85 ans. Il a plaidé coupable le 13 novembre en Cour d’assises. Le juge a mis sa sentence en délibéré .

« Mo finn ankoler… » Ce sont les propos de Benzie Thierry Gabriel lors de sa déclaration à la police. Il a expliqué aux enquêteurs de la Major Crimes Investigation Team (MCIT) qu’il a commis ce meurtre dans un accès de colère. Appelé à la barre des témoins, l’inspecteur Ramjuttun de la MCIT a décortiqué les quatre dépositions de ce chauffeur, avant de produire l’arme du crime.

Benzie Thierry Gabriel faisait l’objet d’une accusation d’assassinat devant la Cour d’assises.  Il a plaidé coupable, le 13 novembre 2018, à une accusation réduite de « manslaughter ». Il lui est reproché d’avoir agressé mortellement Marie-Thérèse Julia Furcy, le 2 juin 2015, à Tranquebar. Le chauffeur, aujourd’hui âgé de 24 ans, est défendu par Me Steven Sauhoboa. La poursuite est représentée  par Mes Rajkumar Baungally et Oberoi Dawoodarry.

Dans sa première déclaration faite le 3 juin 2015, Benzie Gabriel a expliqué qu’il était locataire chez la victime et entretenait de bonnes relations avec elle. Toutefois, la liaison qu’il entretenait avec une des petites-filles de l’octogénaire, âgée de 13 ans, a mis à mal ce lien. Il avait indiqué que le jour du meurtre, celle qu’il appelait affectueusement « granmer », avait partagé son dîner avec lui. «Monn manz diri frir ek granmer. Apre, nou finn gayn conversasyon lor…(Ndlr, la petite-fille de la grand-mère). » Le prévenu était amoureux de l’adolescente et, à deux reprises, ils avaient fugué. Un soir, il avait emmené la jeune fille dans un bungalow à Péreybère. Il avait également été arrêté à deux reprises et Julia Furcy avait même payé l’une des cautions pour qu’il retrouve la liberté provisoire.

Couper tout contact

Cependant, à maintes reprises, Julia Furcy avait ordonné au jeune homme de couper définitivement tout contact avec sa petite-fille. « Avoy li ferfout, al rod enn lot fam », avait déclaré la victime au prévenu, quelques heures avant l’incident. Ce dernier a souligné : « Mo dir li mo pa santi mwa bien, mo santi mwa enn lot kalite. Mo finn ankoler (…) Mo finn met lide pou touy granmer ».

Après avoir planifié son crime, il est passé à l’acte. Il a assené deux coups de couteau à la victime au niveau de l’estomac et un autre coup à la tête. « Mo fine al kot granmer ek lintansyon pou touy li », dit-il. Il affirme s’être débarrassé de l’arme du crime et d’une paire de gants. « Mo fer zess dormi kan mo tann krye. Apre, mo al gete mwa osi, mo dir granmer leve, leve. Mo fer sa pou fer sanblan ki mo regrete. »

Benzie Thierry Gabriel a ensuite présenté des excuses à la Cour. « Mo pa ti byen, mo ti malad. Mo tann lavwa koz ek mwa. »

Après la plaidoirie de la défense et le réquisitoire de la poursuite, le juge Benjamin Marie Joseph a mis en délibéré sa sentence.

Patient à l’hôpital psychiatrique
Appelé à la barre des témoins, la doctoresse Anju Ramdinny-Purryag, en poste à l’hôpital Brown-Séquard, a révélé que Benzie Thierry Gabriel était un patient de l’hôpital psychiatrique de Beau-Bassin depuis mars 2015. Il avait été admis du 6 au 10 mars 2015 et du 21 au 24 avril de la même année. Il suivait un traitement.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • A loan with perspective