Economie

Banques centrales : les régulateurs en herbe se mettent à l’heure d’apprentissage

Yandraduth Googoolye Yandraduth Googoolye, Gouverneur de la Banque de Maurice.

Politique monétaire. Prêteur de dernier recours. Superviseur et régulateur des banques et institutions financières. Opérateur du système de paiement. Telles sont les fonctions d’une banque centrale. Aujourd’hui, leur rôle dans une économie dynamique est encore plus important.

Il est âgé de 28 ans. Discret. Voix timide. Mais Oageng Moreputla, employé depuis 14 mois à la Bank of Botswana, assume des responsabilités importantes. Il est un « bank examiner ». Il s’assure que les institutions bancaires de son pays soient en règle avec les normes établies par le régulateur. Et c’est à Maurice qu’il suit un programme d’orientation pour les nouvelles recrues des régulateurs bancaires.

Oageng Moreputla fait partie d’un groupe de 57 recrues de banques centrales de neuf pays africains, dont Maurice. Du 22 au 26 octobre, le groupe sera à la Banque deMaurice(BOM) pour suivre un programme unique en son genre – et une première dans cette région du monde – sur leurs rôles et responsabilités en tant que jeunes employés d’un régulateur. Le programme est chapeauté par l’Africa Training Institute du Fonds monétaire international.

« Pour la BOM, le développement des compétence est une priorité. Ce programme de formation est une preuve de notre engagement de aire de notre auguste institution, une organisation d’apprentissage dans tous les sens du terme, » a affirmé Yandraduth Googoolye, Gouverneur de la Banque centrale.
Et davantage peut être atteint pour le bien-être commun, si tous les partenaires travaillent de concert. La BOM travaille avec ses principaux partenaires afin de leur permettre d’améliorer leurs ressources humaines. La Mauritius Bankers Association, a-t-il dit, viendra de l’avant avec un programme formation, donnant ainsi au secteur bancaire un vivier approprié de talents et de compétences.

Accorder une attention particulière à la formation est d’autant plus importante quand on tient compte du développement accélérée dans le monde bancaire en termes d’apport technologiques et du rayonnement d’un régulateur bancaire pour s’assurer que tout se passe dans les meilleures conditions. « Le paysage financier témoignent de l’amincissement des frontières entre la recherche, les facultés analytiques, un sens aigu du droit, finesse dans la surveillance et la compréhension technologique»,  fait ressortir Yandraduth Googoolye. « Nous sommes tels des sentinelles marchant dans un monde en mutation perpétuelle qui exige que nous soyons (des personnes) ayant de multiples facettes. »