Xplik ou K

À Baie-du-Tombeau : SOS d’une grand-mère de cinq petits orphelins

Marie Nicole Marie Nicole confie vivre sans eau depuis que la connexion au réseau de la CWA a été supprimée en raison des travaux.

Marie Nicole, 50 ans et habitant Baie-du-Tombeau, souhaite que ses petits-enfants qui sont orphelins obtiennent un logement temporaire en attendant l’achèvement de la construction d’appartements de la NHDC dans la région. Cette grand-mère  lance un appel à l’aide, car ils sont neuf personnes à vivre dans une unique pièce sous tôle.

Marie Nicole, 50 ans, figure parmi ces milliers de femmes à la recherche d’un toit pour les leurs. Son cas est particulier. Sa fille Graziella est décédée en août à l’âge de 31 ans. Marie Nicole se retrouve avec cinq petits-enfants à sa charge. Elle a vécu pendant une vingtaine d’années dans une longère, située sur un terrain de l’État à Baie-du-Tombeau.

Or, depuis la semaine dernière, la National Housing Development Company (NHDC) a commencé à démolir toutes les longères pour reloger un peu plus loin 85 familles dans des habitats temporaires (en bois et en tôle) jusqu’à l’achèvement de la construction des appartements prévus. Mais les cinq enfants de la défunte, désormais sous la responsabilité de leur grand-mère, n’ont pas été relogés.

Si toutes les longères autour d’eux ont été démolies c’est parce qu’elles figuraient dans la première phase du projet. La maison de feue Graziella ne l’a pas été, parce qu’elle était considérée dans la deuxième phase. Marie Nicole argue que la maison fait partie de la première phase. Elle estime que les cinq orphelins, âgés entre un an et 14 ans, auraient dû être relogés dans les abris temporaires. Elle lance donc un appel à la NHDC pour que le nécessaire soit fait au plus vite.

Marie Nicole révèle qu’elle vit avec ses cinq petits-enfants, en sus de ses trois enfants, dans une pièce en bois sous tôle. Qui plus est, sans eau, puisque tout a été déblayé autour d’eux et la connexion au réseau de la Central Water Authority a été supprimée. De plus, la maison tient toute seule dans le paysage, sans aucune barrière de protection autour. Ce qui fait que cette famille de neuf personnes vit sans sécurité.