Magazine

Baie-du-Cap: comment un front de mer change une vie

Il ne faut pas grand-chose pour changer une vie. Quelques babioles, même si elles valent quelques millions de roupies. Le front de mer réaménagé de Baie-du-Cap va sans aucun doute changer la vie des habitants de ce beau village côtier. Immersion.
[[{"type":"media","view_mode":"media_large","fid":"3555","attributes":{"class":"media-image wp-image-5247","typeof":"foaf:Image","style":"","width":"361","height":"641","alt":"Le ministre de l\u2019Environnement , Raj Dayal, se r\u00e9jouit des travaux r\u00e9alis\u00e9s."}}]] Le ministre de l’Environnement , Raj Dayal, se réjouit des travaux réalisés.

De la capitale pour aller dans le Sud de l’île, comme on le dit en Kreol, ‘mari chak sa’. N’empêche, nous y sommes rendus par la Petite et Grande Rivière-Noire, La Gaulette et tutti quanti. Une heure et demie de ‘coaltar’ en 4x4 ‘siouplé’.  Mais, côté vue, y a pas photo.  Une vraie merveille… Qu’est-ce qui a changé dans ce coin, dit ‘perdu‘ du pays ? Savez-vous planter les choux, à la mode de chez nous, chantaient jadis nos enfants. Ici, ce sont les mangliers qui reprennent vie. La plage de Baie-du-Cap souffrait d’un sérieux problème d’érosion et de la montée des eaux sur ses côtes, à tel point qu’à marée haute, c’est la catastrophe. Que faire ? Y remédier. Trop facile en littérature, mais que faire en pratique?  Le projet était de protéger ce front de mer fréquenté par les villageois de Baie-du-Cap et les touristes, tout refaire et se protéger des aléas de la nature. Après appel d’offres, la compagnie Super Builders décroche le contrat. L’objectif final : construire un front de mer digne de ce nom. Pratiquement un millier de mètres de revêtements en roches solides pour calmer la vigueur des vagues qui envahissaient le village côtier. Du géo-bag, du ‘geo cell sceller’ en béton, du ‘retaining wall’ et un walk-way pour les habitants pour le jogging de l’après-midi.  « Il nous faut laisser un héritage et on l’a fait avec la population locale », nous a déclaré le ministre de l’Environnement, Raj Dayal. Le ministre avance qu’il compte reboiser la côte avec des arbres « pour assainir notre environnement et redonner vie à une plage trop polluée ». Ainsi, il a été demandé à Super Builders de créer un ‘bus lay-by’, un parking et des infrastructures pour faciliter la vie des villageois. « Effectivement, Super Builders a travaillé nuit et jour, dans des conditions difficiles du fait qu’il fallait attendre la marée basse pour installer ces grosses pierres qui préviendront tout débordement de la mer vers la route côtière. On l’a fait avec beaucoup d’humilité et de compassion pour les villageois », nous confie le directeur de cette entreprise de Quatre-Bornes. Quant au PPS Thierry Henry, il a remercié les habitants de Baie-du-Cap « qui ont été patients et compréhensifs et se sont sentis concernés par ce projet de front-de-mer ». Jack, Vijayen, Kenji, Aslam, tous du quartier avancent qu’ils attendaient ce projet depuis des années. [blockquote]«Nous ti désespéré, nous pas ti croire ki ène zour nou ti pu gagne sa zoli zafer la, nou pou occupe li bien, car c’est nou l’endroit avant tout», nous dit Jack.[/blockquote] Finalement, ce nouveau front-de-mer, les villageois de Baie-du-Cap le méritent amplement. Ils ne sont pas de gros demandeurs, mais de petites choses utiles peuvent changer et améliorer leur vie quotidienne. Ils ont promis de bien protéger ce petit bijou d’infrastructure.