Faits Divers

Aux Casernes centrales : un policier de la SSU se donne la mort par balle 

Jean-Luc Colas Le jeune policier avait des soucis familiaux.

Coup de feu à l’entrée principale des Casernes centrales, à Port-Louis, dans la soirée du lundi 23 septembre. Un membre de la Special Supporting Unit (SSU), posté en sentinelle, s’est donné la mort avec son arme de service.  

Jean-Luc Colas, âgé de 26 ans et habitant Vieux-Grand-Port, était de service en compagnie d’un collègue dans la guérite placée à l’entrée principale des Casernes centrales. Ces deux policiers armés avaient pour mission de contrôler les entrées et sorties à ce point névralgique. 

Vers 18h25, Jean-Luc Colas a demandé à son collègue de se diriger vers la porte d’entrée et c’est alors qu’il s’est tiré une balle. 

Son collègue a aussitôt alerté ses supérieurs. Le Service d’aide médicale d’urgence (Samu) a été mandé sur ls lieux. Le corps du jeune policier a ensuite été transporté à l’hôpital Dr A. G.Jeetoo, à Port-Louis. L’autopsie sera pratiquée ce mardi 24 septembre. 

Nous avons essayé d’avoir une déclaration du collègue, le seul témoin oculaire de ce drame, mais ce dernier nous a fait comprendre que les enquêteurs lui ont interdit de s’adresser à la presse. 

Un proche du défunt le décrit comme « quelqu’un de très serviable, souriant mais qui malheureusement était perturbé par des soucis familiaux. »

Du côté de ses anciens collègues, c’est le choc. Jean-Luc Colas est décrit comme un bon vivant, « enn piti mari korek. Il avait cependant des problèmes familiaux, mais malgré tout il faisait comme-ci de rien n’était », confie l’un d’eux. Le jeune policier comptait cinq ans de service au sein de la force policière. 

Il avait récemment connu des ennuis avec la justice. Il faisait l’objet d’une accusation provisoire d’agression sexuelle à la suite d’une plainte portée par une de ses anciennes compagnes. La plainte avait été enregistrée au poste de police de Mahébourg. Son procès est toujours en cour. Après cette enquête, le policier avait été muté à la ‘Technical Unit’ de la SSU. Puis, il s’est retrouvé sur le terrain dans une des unités anti-émeutes.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !