Live News

Aux assises : il plaide coupable le matin et disparaît dans l’après-midi

Poursuivi devant la cour d’assises pour complicité dans le cadre d’une livraison de drogue en décembre 2013, Yannick Bryan Eole, un jeune habitant de Cité Trèfles, a plaidé coupable devant la cour d’assises, le mardi matin 12 juin. Toutefois, il n’est pas présenté devant l’instance judiciaire à la reprise de l’affaire, dans l’après-midi. Un mandat d’arrêt a été émis contre lui.

Dans les faits, Yannick Bryan Eole a comparu, le 12 juin 2018, devant le juge Benjamin Marie Joseph, aux côtés de quatre autres prévenus. Ces derniers sont Raymonde Augustine Heriarisoa, femme au foyer malgache demeurant à Antananarivo et âgée de 38 ans ainsi que trois autres habitants de Cité Trèfles, Jean Manoel Thierry St Flour, un mécanicien de 28 ans; Jean Alexandre Jordan Grégoire, un maçon de 26 ans et Westley Donovan Nelson, un pâtissier de 31 ans.

À l’ouverture du procès, les cinq ont plaidé coupable sous les accusations respectives retenues contre eux. L’audition des témoins a démarré et a été ajournée à midi pour la pause-déjeuner. Les accusés ont été informés de retourner à 13 heures pour la reprise. Yannick Bryan Eole a manqué à l’appel et un mandat d’arrêt a ainsi été émis contre lui. L’affaire reprend ce mercredi 13 juin.

La ressortissante malgache est poursuivie pour importation de 362,1 grammes d’héroïne, le 3 décembre 2013, à l’aéroport de Plaisance. La drogue était dissimulée dans trois paires de chaussures. Quant à Yannick Bryan Eole, il répond d’une accusation d’avoir tenté de prendre livraison de la drogue le 5 décembre 2013 au Plaza, à Rose-Hill.   

Drogue dans les talons

Jean Manoel Thierry St Flour, Jean Alexandre Jordan Grégoire et Westley Donovan Nelson sont accusés de complicité. Ils auraient monté le guet devant le Plaza pendant que Yannick Bryan Eole, s’apprêtait à réceptionner le colis.

Les cinq prévenus sont défendus par Mes Arun Kutowaroo, Raouf Gulbul, Dinesh Appa Jala, France Christophe Lactive et Ali Hajee Abdoula.

L’affaire est partie d’une perquisition policière d’une pension de famille à Beau-Vallon, le 5 décembre 2013. Des éléments de la brigade antidrogue, basés à l’aéroport étaient en présence d’une information sur une transaction de drogue et avaient placé sous surveillance la ressortissante malgache, Raymonde Augustine Heriarisoa, qui logeait dans la chambre numéro 6. Les policiers ont pénétré la chambre de celle-ci et ont décliné leurs identités. Une fouille a eu lieu. Dans sa valise, la police a saisi trois paires de chaussures.

Dans les talons étaient dissimulés des sachets de drogue. Une opération policière a ensuite été montée en vue d’épingler les contacts locaux. Les quatre prévenus ont ainsi été interpellés.