Faits Divers

Aux assises : Dharamsing Bissoo plaide coupable sous une accusation réduite

Dharamsing Bissoo Dharamsing Bissoo retourne ce mardi en cour d’assises.

Initialement poursuivi pour le meurtre avec préméditation de sa compagne, Pooja Gumbheer, en février 2014, Dharamsing Bissoo, a bénéficié d’une accusation réduite, le lundi 18 mars 2019, en cour d’assises. Il a plaidé coupable.

Coup d’envoi du procès intenté en cour d’assises à Dharamsing Bissoo. Le détenu, un maçon de 34 ans et demeurant auparavant à La Source, Quatre-Bornes, a plaidé coupable le lundi 18 mars 2019 devant le juge Benjamin Marie-Joseph. Cela après que la poursuite ait réduit l’accusation de meurtre avec préméditation en une accusation de meurtre sans préméditation.

Le prévenu est accusé d’avoir poignardé à mort, sa concubine, Pooja Gumbheer, le 23 février 2014 à Bassin Road, Quatre-Bornes. La victime était âgée de 21 ans.

Trois témoins ont été entendus lundi. La poursuite est représentée par Mes Denis Mootoo,  Senior Assistant Director of Public Prosecutions et Pamela Veerabadran- Mudaliar, State counsel. Le prévenu est défendu par Me Avineshwar Dayal.

En plein cœur

Le premier témoin à être entendu est Rajesh Dawoonauth,  District Clerk au tribunal de Rose Hill. Celui-ci a présenté en cour une série de pièces à conviction dans l’affaire. Dont un pantalon taché de sang, un sous-vêtement pour homme et un couteau avec une manche en bois, entre autres.

Le Dr Harish Kumar Baichoo, médecin légiste de la police, à la retraite, a aussi été entendu. Il avait pratiqué l’autopsie de la victime le 24 février 2019. Il a ensuite rédigé un rapport post mortem. Rapport qui a été présenté devant le tribunal de Rose Hill lors d’une enquête préliminaire qui a eu lieu précédemment dans l’affaire. En cour d’assises, le témoin a déclaré que la cause du décès est un coup fatal porté en plein cœur.

« La victime portait six blessures graves, dont une fatale et qui a été portée au cœur. Les perforations de même que les divers angles de pénétratio, indiquent des coups violents et qui ont été infligés avec la colère ».

Le témoin a aussi soutenu qu’il a relevé six autres blessures mineures, indiquant que la victime a tenté de se défendre, à son avis.
Lors de son contre-interrogatoire par l’avocat de la défense, le témoin a répondu qu’il avait notamment relevé des suçons sur le corps de la victime.

L’assistant-surintendant de police, Mohammad Aniff Thug a, pour sa part, expliqué qu’il s’était rendu à la prison de Grande-Rivière Nord-Ouest le 25 mai 2015. Il a mis le prévenu en présence d’une accusation de meurtre avec préméditation. Le détenu a répondu : « Mo ti extra kontan mo fam. Mo pa ti panse pou ariv sa. Mo deman la sosiete exkiz ».

En larmes

Contre-interrogé, le témoin a soutenu que le prévenu était « en larmes » au moment de cette déclaration. L’affaire a été ajournée à ce mardi 19 mars 2019.

Selon la version de la police, le meurtrier présumé voulait à tout prix récupérer sa compagne. Pooja Gumbheer était coiffeuse et habitait La Source, Quatre-Bornes avec son compagnon Dharamsing Bissoo. Elle avait fini par déserter le toit conjugal, pour se réfugier chez son frère un peu plus loin.

Ne pouvant digérer la rupture, Dharamsing Bissoo se rend chez le frère. Il implore celle-ci de rentrer avec lui. Mais la coiffeuse campe sur sa position et dit vouloir rompre. Le ton monte. Une altercation s’ensuit. Dharamsing Bissoo se saisit d’un couteau de cuisine et assène plusieurs coups à la victime avant de s’enfuir.