Actualités

Autobus intelligents: la TBS lance sa smartline début mars

Les seize nouveaux autobus ‘semi-low floor’ seront affectés à trois lignes.
Toujours à la pointe de l’innovation, après avoir été la première compagnie à introduire les bus climatisés et employer des femmes receveurs, le Triolet Bus Service inaugure sa smartline à Maurice. Cela grâce à l’acquisition de 16 autobus ‘semi-low floor’ qui viennent s’ajouter à ses huit véhicules du même type. Les 16 nouvelles unités, qui ont coûté Rs 70 millions au Triolet Bus Service (TBS), seront déployées sur les lignes Rivière-du-Rempart–Triolet ; Port-Louis–Grand-Baie; et Rivière-du-Rempart–Grand-Baie. « Ces autobus sont de la marque Daewoo et Ashok Leyland Jan Bus, explique Viraj Nundlall, directeur de TBS. Nous avons déjà travaillé sur les applications pour les smartphones. Elles permettront aux passagers de vérifier à quelle distance se trouvent les bus d’un arrêt et à quelle heure ils y arriveront. Nous avons effectué des tests et tout est prêt pour le lancement de ce service début mars. » Ce nouveau service nécessitera le recrutement de 50 receveurs et conducteurs ainsi que de 20 cleaners. « Nous avons vérifié l’état des abribus, lesquels ne présentent aucun obstacle pour les autobus ‘semi-low floor’ qui desserviront le Nord. » À la compagnie Rose-Hill Transport, tous les autobus qui desservent le trajet Rose-Hill-Port-Louis sont équipés de GPS. La compagnie étudie la possibilité d’étendre le système à tout son réseau. Cependant, il sera impossible d’équiper tous les autobus de Maurice de GPS en raison de la topographie de l’île. Une source de l’ex-Traffic Management and Road Safety Unit, dira qu’à certains endroits, les abribus, à cause de leur vétusté, ne sont pas appropriés pour être équipés en tableaux signalétiques destinés à accommoder des récepteurs internets. « Par endroit, l’espace est insuffisant pour reconstruire des abribus selon les normes requises », indique-t-on. Toutefois, selon Sunil Jeewoonarain, secrétaire de la Mauritius Bus Owners Cooperative Federation, il faudra envisager la suppression de ces arrêts s’ils font obstacle à la modernisation du réseau autobus. « Au lieu d’avoir trois ou quatre arrêts, on pourrait en construire deux nouveaux en des endroits où le wifi est accessible. »

Contrôle infaillible

La fédération, qui regroupe 13 sociétés coopératives qui opèrent quelque 800 autobus, est  favorable à l’idée des ‘smart buses’. « Nous avons tout à gagner. Ce sera une solution à la pénurie de travailleurs dans les bus, avec la carte prépayée, avec les ‘bus one-man operator’, mais nous souhaitons que cette carte soit nationale plutôt que réservée à des zones. Puis, il faudrait un organisme financier fiable, avec un mécanisme de contrôle infaillible pour la comptabilisation des sommes dépensées à travers ces cartes », explique Sunil Jeewoonarain. Il fait valoir qu’il est grand temps de construire de grandes gares routières, avec des bornes wifi dans les grandes localités, comme Goodlands, Rose-Belle, Centre-de-Flacq ou encore St-Pierre et Bambous. « Le pays s’est embarqué dans des projets d’envergure, mais il ne faut pas exclure certains endroits du développement. Avec l’Internet, nous avons une chance historique de réunir l’île Maurice dans cette avancée moderne. »
Related Article
 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !