Actualités

Au Square Guy Rozemont - Navin Ramgoolam critique la position de Maurice vis-à-vis de l’Inde

Le leader du PTr a rappelé les différentes occasions où l’Inde est venu en aide à Maurice.
Le leader du Parti travailliste Navin Ramgoolam a, à sa sortie du Square Guy Rozemont ce mercredi 9 mars, fustigé l’attitude du gouvernement mauricien vis-à-vis de l’Inde. « C’est inacceptable », a-t-il déploré. « Zordi manyer ki pe tret lind li inakseptab et j’espère que l’Inde est en train de prendre note », a déclaré l’ancien Premier ministre, juste après avoir fait une causerie à l’occasion de la Journée internationale de la Femme, qui avait été célébrée mardi. Le leader des rouges n’a pas manqué de rappeler les différentes occasions où l’Inde est venu en aide à Maurice, notamment lorsque l’épidémie du Chikungunya avait frappé le pays. L’ancien chef du gouvernement a aussi déploré le fait que Maurice n’ait pas encore utilisé l’aide financière qui avait été accordée par le gouvernement indien en 2015. « Nou bizin kone kisanla nou kamwad. L’Inde, la France, Chine pa gagn drwa insilter zot », a ajouté Navin Ramgoolam. Auparavant lors de son intervention devant l’aile féminine des rouges, l’ex-Premier ministre a longuement parlé des différentes contributions de son parti pour améliorer la condition féminine. L’éducation gratuite, le droit de vote, les différentes nominations à la tête de l’État sont autant d’exemples qui ont été cités. Navin Ramgoolam a même révélé qu’il avait, en premier lieu, proposé le poste de président de la République à Monique Ohsan Bellepeau, mais que cette dernière avait, selon lui, refusé « pour des raisons personnelles ». Ce n’est qu’à la suite de ce refus qu’il a alors choisi de nommer l’ancien Speaker, Kailash Purryag, à ce poste. L’ancien Premier ministre a, cependant, tenu à saluer l’actuel gouvernement, qui a nommé deux femmes à deux postes clefs de l’État. En l’occurrence Maya Hanoomanjee au poste de Speaker et Ameenah Gurib Fakim au poste de présidente de la République. Il a aussi fait un clin d’œil à la chef d’État qui a, selon lui, reconnu que l’éducation gratuite et le droit de vote ont grandement joué en faveur de la condition féminine à Maurice. Lors de son intervention, Navin Ramgoolam a aussi émis de sévères critiques à l’encontre du Premier ministre sir Anerood Jugnauth qui, selon lui, a dans le passé voulu porter atteinte à l’indépendance du judiciaire. Navin Ramgoolam a aussi rappelé que SAJ avait dans le passé émis le souhait d’annuler le recours au Privy Council. « Tout cela démontre son manque de respect pour la démocratie », conclut-il.
Related Article

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !