Live News

Au Marché central : le vol de marchandises le soir dénoncé

L’insécurité au Marché central est décriée par les maraîchers. Ils déplorent la perte de leurs marchandises le soir malgré la présence des caméras de surveillance et des gardiens.

Ras-le-bol. C’est le sentiment de plusieurs maraîchers du Marché central dont les marchandises ont été volées. L’ail, le piment, les tomates, les raisins… tout y passe. « Ce sont principalement les fruits et légumes qui se vendent cher qui sont le plus souvent volés », indique Naushad Joomun, président de la Market Traders Association.

Naushad Joomun.
Naushad Joomun.

Celui-ci déplore que ces cas de vol se produisent malgré la présence de caméras.  « Le problème, c’est que ces caméras [CCTV] ne fonctionnent pas », indique-t-il.

Baby Alken.
Baby Alken.

Baby Alken, qui opère au Marché central depuis 45 ans, montre du doigt des vigiles engagés par la mairie de Port-Louis pour assurer la sécurité du marché. « Ena gardien mem kokin dan aswar. Lor mo latab, sekirite inn kokin rezin. Enn sans enn lapolis inn trouv zot, in trap zot in ferm zot. Met sekirite pou veye, parmi zot mem ena ki kokin ! Nou pa dir zot tou voler » déplore le marchand de fruits.

Abdus Samad Beeharry.
Abdus Samad Beeharry.

Abdus Samad Beeharry abonde dans le même sens et soutient que la sécurité au Marché central laisse à désirer, et cela depuis des années. « Il y avait des voyous, des voleurs à la tire et ceux qui troublaient l’ordre public », dit-il. Ce commerçant qui vend produits artisanaux salue toutefois la présence des policiers qui, souligne-t-il, « pe fer zot travay ». « Nous les voyons régulièrement faire le va-et-vient dans les allées du marché et ils sont aussi présents dans les rues autour du marché. Les officiers de police se montrent aussi plus sévères envers ceux qui fument en public, par exemple, les obligeant à éteindre leur cigarette », précise-t-il.

« Un véritable bazaar »

D’ailleurs, du côté des Casernes centrales, on affirme que le nombre de cas de vol a connu une baisse importante au cours de ces dernières années.  « Le nombre de vols est en baisse de même que la présence des toxicomanes et des marchands ambulants aux abords du Marché central », confie un haut gradé de la police. Et d’ajouter : « Malgré le peu d’effectifs basés au Police Post du Marché central, les policiers parviennent néanmoins à faire leur travail. En sus de veiller sur la sécurité, ils maintiennent aussi de bonnes relations avec le public et les maraîchers. Alors qu’il y a 10-15 ans, c’était un véritable bazaar ! », dit-il.

Pour preuve, le haut gradé souligne le nombre croissant de femmes qui travaillent au Marché central. « Il y a de plus en plus de femmes qui travaillent au Marché central. C’est parce que l’environnement est plus sûr que ce qu’il était dans le passé, soit lorsque le marché était considéré comme un endroit ‘chaud’ », conclut-il.


Des caméras additionnelles

Mahfouz Cadersaib

Les caméras défectueuses seront bientôt réparées. C’est l’assurance donnée par le nouveau lord maire, Mahfouz Cadersaib. « Les caméras seront réparées incessamment. La mairie envisage aussi d’augmenter le nombre de caméras, elles seront installées dans les sections qui n’étaient pas couvertes jusqu’ici », annonce-t-il. En ce qui concerne les vols des marchandises des maraîchers, le lord maire soutient que la police a été informée. Mahfouz Cadersaib souligne cependant que la compagnie de gardiennage est responsable uniquement de la sécurité des locaux. « Selon les règlements en vigueur, les maraîchers ne doivent pas laisser leurs marchandises  sur leurs étals », fait-il valoir.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • A loan with perspective