Live News

Au Cœur de l’info - Steven Obeegadoo : «Le pire est derrière nous»

Steven Obeegadoo

À quelques jours de la réouverture des frontières, le numéro 2 du gouvernement était l’invité de l’émission ‘Au cœur de l’info’. Tantôt posé, tantôt montrant des signes d’agacement, Steven Obeegadoo a répondu aux questions de Nawaz Noorbux et de Jugdish Joypaul. 

De 300 cas de contamination à 145  

La stratégie utilisée par Maurice en 2020, basée sur les tests, le traçage et l’isolement a été efficace. Cela a permis au pays de ne pas recenser de cas de contamination à la Covid-19 pendant neuf mois environ. Maurice a toutefois été exposé à un deuxième épisode de Covid-19 en mars dernier. Selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), la période dite ‘pic’ à Maurice s’est située de juillet à fin août 2021. Ainsi, le PM adjoint et ministre du Tourisme soutient que le pire est derrière nous. « Nous sommes passés d’une moyenne de plus de 300 à une moyenne de 145 cas de contamination », avance Steven Obeegadoo, qui insiste que « la vaccination est la clé pour changer la donne ». D’ailleurs, relate le ministre Obeegadoo, parmi les 146 morts en 2021, seuls 14 % étaient vaccinés à deux doses. 

Quelle formule pour restreindre la propagation du virus ? Tester toute la population n’est désormais plus la priorité du gouvernement qui s’attelle uniquement à détecter les cas sérieux de contamination avec le but de sauver des vies. 

Quid des interrogations autour de la crédibilité des chiffres de mortalité liée à l’épidémie avancés par l’État ? Steven Obeegadoo affirme que « le gouvernement n’a aucun intérêt à fausser les chiffres ». « Il est tout à fait naturel de douter des chiffres quand on est bouleversé et inquiet. Mais certaines personnes sont de mauvaise foi et ne regardent pas l’intérêt du pays », argue le Premier ministre adjoint.     

Une réouverture indispensable

Maurice s’apprête à accueillir à nouveau des touristes. Fin prêt et ayant pris des risques calculés, le ministre du Tourisme martèle que la santé publique reste la priorité du gouvernement. Ainsi, la réouverture le 1er octobre serait inévitable pour tenter de redresser un secteur au bord du gouffre, mais aussi pour répondre à la récession sans précédent qu’a connue Maurice. Le gouvernement a injecté plus de Rs 12 milliards pour soutenir les salaires durant la crise. Rs 2 milliards supplémentaires seront déboursées sous le Government Wage Assistance Scheme (GWAS) et le Self-Employed Assistance Scheme (SEAS) pour les opérateurs touristiques. 

Vers la vaccination obligatoire dans d’autres secteurs

L’objectif est d’accueillir 300 000 touristes d’ici décembre et 650 000 visiteurs d’ici juin 2022. Ces chiffres dépendront grandement de la reprise de ce 1er octobre, mais aussi de l’évolution de la situation sanitaire dans les principaux marchés de Maurice. « Nous misons sur le marketing de la destination. Les arguments mis en avant sont le notamment le taux de vaccination et notre système de santé. (Le pays compte une centaine de ventilators et les lits dans les hôpitaux ne seraient pas limités.  Il y a également un Preparedness Plan », soutient le ministre du Tourisme. La promotion de la destination est focalisée au prime abord sur les marchés traditionnels. Les marchés du Golfe sont aussi dans le viseur. Le ministre se déplacera d’ailleurs prochainement à Dubaï. 

Par ailleurs, le taux de vaccination à Maurice est de 67 %. Et le gouvernement entend bien progresser sur cet aspect. Pour ce faire, un programme de vaccination est prévu pour les étudiants de 15 à 18 ans. Pour l’heure la vaccination est obligatoire pour accéder aux hôpitaux et écoles. Cependant, le numéro 2 du GM annonce que l’accès aux cinémas et dans les hôtels dépendront bientôt de la carte de vaccination. D’autres secteurs seront aussi concernés. L’annonce devrait être officielle dès la semaine prochaine. Le « pass sanitaire » doté d’un QR Code est également en cours de préparation. 

Donner des ailes à Air Mauritius

La délicate situation de MK ne peut perdurer. La connexion de Maurice avec l’extérieur en dépend. La sauvegarde de la compagnie d’aviation nationale est ainsi cruciale. Or, la viabilité de MK était déjà mise à rude épreuve avant même l’avènement de la Covid-19. Des problèmes internes expliqueraient, selon Steven Obeegadoo, « l’état dégradant ». « Nous voulons un Air Mauritius différent, avec un nouveau modèle d’affaires. L’objectif est d’éviter les licenciements. La compagnie est importante pour notre économie », précise-t-il. Répondant aux récents congés sans soldes proposés à certains employés d’Air Mauritius, Steven Obeegadoo avance que c’est une phase de transition. Par ailleurs, il est d’avis que Ken Arian est le mieux placé pour apporter des résultats en tant que ‘Super CEO’ d’Airport Holdings Limited. 
 

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !