Live News

Au Coeur de l’Info : situation économique inquiétante, selon des jeunes politiciens

Fawzi Allymun, Raviraj Beechook et Adrien Duval.

La démocratie, la liberté d’expression, l’emploi et le pouvoir d’achat des Mauriciens. Autant de thèmes qui ont été abordés par Jean-Luc Émile et ses trois invités, notamment des jeunes politiciens, sur le plateau de l’émission Au Cœur de l’Info sur Radio Plus le mardi 10 mai 2022. Parmi les invités : Adrien Duval, Fawzi Allymun et Raviraj Beechook.

La motion de blâme est le seul outil dont dispose l’opposition pour discuter de sujets importants. C’est l’avis d’Adrien Duval, ancien parlementaire du Parti mauricien social-démocrate (PMSD). « C’est la seule façon qui permet de mettre le gouvernement face à ses responsabilités », indique-t-il, tout en soulignant que « le pays est en train de vivre une crise sans précédent ».

Pour Fawzi Allymun, membre du bureau politique du Mouvement militant mauricien (MMM), la motion de blâme contre le gouvernement était « inévitable » et « ce n’est pas de gaîté de cœur qu’elle est faite. Le pays fait face à trop de scandales dans presque tous les ministères et le gouvernement ne répond pas aux questions ». 

Raviraj Sinha Beechook, membre du Parti travailliste et politologue de formation, estime, que la motion de blâme est un outil démocratique que le pays donne aux députés à l’intérieur de l’Assemblée nationale pour un échange. « Elle est actuellement utilisée à quasiment mi-mandat pour faire une évaluation de la situation et cela, dans l’intérêt de la population », dit-il. 

Le panier de la ménagère pèse de plus en plus lourd. Le constat d’Adrien Duval est catégorique : « les Mauriciens sont écrasés par l’inflation, la dévaluation de la roupie et la cherté de la vie. » À côté des prix des denrées de base qui prennent l’ascenseur, le salaire minimum est, lui, resté le même, tout comme la pension de vieillesse. D’ailleurs, à l’antenne de Radio Plus, l’ancien parlementaire du PMSD estime qu’il y a « des solutions qui sont proposées pour redresser la situation ».

« Depuis 2020, on prélève la Contribution Sociale Généralisée (CSG) qui s’accumule à un montant de Rs 15 Md et le gouvernement pourrait puiser de ce fonds pour soulager les pensionnaires et ceux au bas de l’échelle », estime-t-il, tout en proposant une augmentation de Rs 2 000 sur la pension de vieillesse que touchent 275 000 personnes âgées. Adrien Duval évoque également l’utilisation de tickets alimentaires qui pourraient aider à soulager les familles au bas de l’échelle, mais également la classe moyenne. Autre proposition : l’arrêt des projets « farfelus » qui mènera ainsi à moins de gaspillage des fonds publics.

« Le Premier ministre et le ministre des Finances ont perdu le contrôle sur l’économie du pays », estime Fawzi Allymun, tout en ajoutant que les prix vont continuer à augmenter. « L’inflation a pris l’ascenseur. On est passé de 7,4 % en janvier à 11 % en avril et les experts estiment que l’inflation est déjà à 15 % », ajoute-t-il, tout en estimant que le pays va vers « une déroute économique ». 

Pour Raviraj Sinha Beechook, il y a « un ciblage urgent » à faire et surtout « il faut éviter de perdre le temps avec le projet d’hippodrome ». « Au PTr, on prône une approche renforcée envers les familles les plus vulnérables et démunies », ajoute-t-il. Ce dernier estime que le gouvernement a comme paravent la pandémie de COVID-19 et la guerre en Ukraine, alors que « la raison fondamentale de l’augmentation du coût de la vie vient de la dévaluation libérée de la roupie mauricienne ». 

« Depuis 2014, la roupie mauricienne a perdu 34 % de sa valeur face au dollar, alors que nous importons presque tout ce qu’on mange en dollar. Et cela profite uniquement à la caisse du gouvernement », indique-t-il. Plusieurs autres thématiques ont été abordées durant l’émission, dont la démocratie et la liberté d’expression.

Le gouvernement n’a pas désigné un de ses jeunes représentants dans le cadre de cette émisssion.

  • Ed nou pou kont ou!

  • Mauritius Finance

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !