Live News

Au cœur de l’info : à quand la transparence ?

L’acquisition d’une propriété à Angus Road, à Vacoas, était le thème central de l’émission Au cœur de l’info, sur Radio Plus, le mardi 3 novembre. Élodie Domun et Jean-Luc Émile avaient Faizal Jeeroobarkhan, membre de Think Mauritius, et Rajen Bablee, directeur de Transparency Mauritius, pour invités ainsi que l’avocat Parvez Dookhee par Skype.

Rajen Bablee : «Les institutions ne sont pas là pour servir le gouvernement du jour»

Le directeur de Transparency Mauritius plaide pour un toilettage de la Prevention of Corruption Act. Celle-ci régit l’Independent commission against corruption (Icac). Aux yeux de Rajen Bablee, il n’est pas normal que ce soit le Premier ministre qui nomme le board et le directeur général de cette institution. Sur l’affaire Angus Road, le Premier ministre, Pravind Jugnauth a le devoir moral de donner des explications, estime Rajen Bablee. « En 2014 et en 2019, le gouvernement a dit qu’il allait prôner la transparence, venir avec la Freedom of information Act et la méritocratie. Aujourd’hui le ton a changé.  »« Les institutions ne sont pas là pour servir le gouvernement du jour, mais le peuple. On voit que les politiciens ont un souci par rapport à la transparence et à la responsabilité envers le peuple. sur le financement des partis politiques et pas de code de conduite pour les parlementaires. »

Parvez Dookhy : «La loi sur l’Icac doit être revue»

Que l’Icac a indiqué ne pouvoir fournir d’informations au Premier ministre découle d’une logique, estime l’avocat au barreau de Paris, Parvez Dookhy. « Elle n’a aucune information à donner au Premier ministre et le Premier ministre ne peut répondre à l’Assemblée nationale sur lui-même. Il est interrogé comme Premier ministre et sur sa propre personne dans ce cas spécifique. »

Pour ce qui est du directeur général de l’Icac, des changements sont nécessaires. Parvez Dookhy souhaite que cela soit fait par la Judicial & Legal Service Commission qui nomme aussi les juges.  « Il faut concevoir un nouveau système qui permettrait à l’Icac d’être efficace La loi de l’Icac doit être revue », avance-t-il. L’homme de loi fait ressortir qu’à Maurice, la majorité des crimes économiques ne sont pas punissables. 

Faizal Jeerooburkhan : «Les choses sont de plus en plus opaques»

Plus les années passent, plus la transparence disparaît. Selon Faizal Jeerooburkhan, membre de Think Mauritius, « les choses deviennent de plus en plus opaques » au niveau de la gestion du pays.

Sans transparence, estime-t-il, plus rien n’est possible. « La Freedom of Information Act est extrêmement importante pour le pays et pour la transparence. C’est très important pour la transparence dans les affaires du pays. C’était promis en 2014, mais en 2019, ce n’était plus dans le programme. »

  • Mazda 3

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !