Actualités

Au cœur de l’info : le ministre de la Santé Kailesh Jagutpal pas en faveur du cannabis médical

Kailesh Jagutpal

Le nouveau ministre de la Santé Kailesh Jagutpal n’est pas en faveur de l’introduction du cannabis médical à Maurice. Il préconise une étude au préalable pour identifier les risques et les conséquences d’une telle initiative. 

«Ce n’est pas une bonne idée pour le moment d’introduire le cannabis médical à Maurice. Ce n’est pas parce que d’autres pays l’ont fait que nous devons en faire de même ». Tels sont les propos du nouveau ministre de la Santé Kailesh Jagutpal. Il était au micro de Jane Luchmaya et d’Eshan Dinally lors de l’émission Au cœur de l’info de Radio Plus. Il a proposé qu’une étude complète soit effectuée pour connaître les risques et les conséquences du cannabis médical au préalable. « On ne peut pas savoir quel impact est-ce que cela aura sur notre société et si ce sera bon pour le pays. Si certains en font un mauvais usage, que va-t-on faire ? », a-t-il lancé.   

Succédant à Anwar Husnoo à ce ministère qui est désormais connu comme celui de la Santé et du bien-être, le ministre Jagutpal a affirmé qu’il va œuvrer dans la continuité de son prédécesseur en ce qu’il s’agit de certains dossiers en cours. Parmi le E-Health et l’hôpital spécialisé dans le traitement du cancer, entre autres. Il a aussi affirmé qu’il va préconiser davantage le dialogue avec toutes les parties prenantes. Il a soutenu qu’il va aussi être à l’écoute des syndicats du secteur de la Santé et qu’il va permettre à tout le monde de s’exprimer. Et d’ajouter qu’aucun dossier ne sera gelé mais qu’il fera en sorte que des solutions soient trouvées aux différents problèmes afin que les choses avancent. Parmi les dossiers brûlants, il y a le Shift System. Il attend d’avoir une rencontre avec ceux concernés à ce sujet.

Kailesh Jagutpal est revenu sur l’abolition de la Pre-Registration Examination (PREE) qui permet aux aspirants médecins de faire leur internat après leurs études universitaires. Il a expliqué que cela avait été introduit, car tous les étudiants n’étaient pas du même niveau ce qui posait alors un problème, car certains médecins étaient ce qu’il a qualifié de médiocre. 

Le ministre a affirmé qu’en abolissant cet examen, le ministère ne prend aucun risque quant à la qualité de la formation des aspirants médecins, car la liste des universités reconnues par le Medical Council a aussi été revue en parallèle. Ajouté à cela, lors de leur internat dans les hôpitaux du service public, les aspirants médecins sont sous la supervision de médecins chevronnés et leur formation est sanctionné par un examen. Le ministre a soutenu que l’abolition du PREE va favoriser l’embauche des diplômés en médecine au lieu d’être au chômage comme c’était le cas auparavant. 

Abordant la question des cas de négligences médicales alléguées, Kailesh Jagutpal a soutenu que certains cas étaient en partie dû à la formation du médecin mais dans d’autres circonstances la faute venait du personnel paramédical ou du système de santé lui-même. Il a soutenu que son ministère va miser davantage sur la formation continue afin de s’assurer que les médecins acquièrent plus de connaissance et d’expérience afin de donner un meilleur service. 

Pour résoudre le problème d’attente et de complaintes dans le service de « Casualty », le ministre a parlé d’une meilleure communication de la part du personnel afin d’informer les patients de la situation. Il souhaite aussi qu’il y ait plus de médecins dans ce département. En ce qu’il s’agit des appareils qui tombent souvent en panne, les fournisseurs auront désormais un contrat de maintenance et de réparation. 

Par ailleurs, le ministre de la Santé a affirmé qu’il va œuvrer pour davantage de pouvoir et d’indépendance à l’institution régulatrice. Il attend de ce fait leur propositions. Il a occupé le poste de président de cette instance régulatrice avant de se jeter dans l’arène politique.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • Festival International Kreole 2019