Live News

Au Cœur de l’Info - Charge provisoire : une refonte du système mise en avant

Un cadre légal pour un système plus transparent. C’est ce que réclame l’avocat Alvin Jawaheer. Il intervenait dans Au cœur de l’info, sur Radio Plus, mardi. L’émission, animée par Jean Luc Emile, était axée sur la charge provisoire qui fait une nouvelle fois l’objet de critiques. Les autres intervenants souhaitent une refonte du système actuel.

L’avocat Alvin Jawaheer plaide pour un cadre légal pour éviter toute discrimination. Il met l’accent sur l’égalité dans le traitement des suspects. « Ou bizin rasir ou ki pena tretman de faver, pena diskriminasion ek enn sistem ki fer ki li vinn redevab anver le piblik ».

Un avis partagé par l’ex-attorney général, Razack Peeroo. Il ne faut pas que la charge provisoire soit un instrument de punition avant qu’un accusé soit jugé.

Pour l’ancien juge Vinod Boolell, la charge provisoire est bien ancrée dans la manière d’enquêter de la police. Toutefois, le légiste dénonce un abus de ce système. « Mo trouv sa inaseptabl dan enn pei kouma Moris, enn pei demokratik, ki la polis ena pouvwar sign enn warrant pou al aret enn dimounn. Kifer pa less mazistra get bann fe ek mazistra sign warrant la ? »

De son côté, le président du Bar Council, Yatin Varma, propose une nouvelle formule. Il privilégie une enquête préliminaire. Yatin Varma explique que la police doit d’abord enquêter avant de soumettre un rapport au bureau du DPP pour obtenir son avis. Yatin Varma favorise aussi la création d’un nouvel organisme pour assurer une supervision judiciaire.

Quant au constitutionaliste,  Milan Meetarbhan, il affirme que la liberté est la règle et qu’il faut tenir en considération le droit du citoyen.

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !