Live News

Attouchements sexuels sur son fils de 4 ans : le tribunal condamne un directeur de compagnie à dix-huit mois de prison

Le père de famille s’était livré à des attouchements sur son fils de 4 ans.

Un directeur de compagnie de 50 ans a été condamné, le jeudi 23 juin, à dix-huit mois de prison, devant la cour intermédiaire. Il était coupable d’attouchements sur son fils de 4 ans, en 2013. Il a fait appel et a été libéré sous caution contre une caution de Rs 25 000. 

La magistrate Darshana Gayan a été critique. Elle a mis en avant les circonstances aggravantes dans cette affaire. La nature du délit, la confiance qui existait entre le père et son fils, l’âge de celui-ci et son traumatisme. Vu la gravité du délit, la magistrate est d’avis que des travaux communautaires ne sont pas appropriés. 

Pour elle, le tribunal ne peut pas être indulgent. D’où la peine d’emprisonnement.

Le directeur de compagnie, qui habite à Plaines-Wilhems, était poursuivi pour attentat à la pudeur devant la cour intermédiaire. L’accusation a été logée, le 24 octobre 2014, par le directeur des poursuites publiques. Le père de famille avait plaidé non coupable. Il était défendu par Mes Antoine Domingue, Senior Counsel, et Siv Potayya. 

Selon la version de l’enfant, l’incident avait eu lieu au domicile de son père. Ils auraient été seuls en train de jouer sur le lit dans une chambre quand son père aurait eu des gestes obscènes à son encontre. De son côté, le père avait nié ces accusations.

Témoignage cohérent

La magistrate Darshana Gayan a souligné que l’enfant a relaté les actes spécifiques commis par son père d’une manière cohérente et convaincante. Elle a observé le comportement de l’enfant lors de son témoignage. Elle a noté que ce dernier était très à l’aise et répondait aux questions qui lui étaient posées avec assurance. 

D’autre part, la magistrate a indiqué qu’il n’y a aucune preuve qui montre que l’enfant a été incité par sa mère pour porter plainte contre son père. Et il n’y a aucune preuve qu’il y a une mésentente entre le père et la mère de l’enfant. Elle a conclu que la poursuite a établi l’accusation contre le père. 

Dans son verdict, elle a pris en compte que le père a un casier judiciaire vierge et qu’il a été très actif dans le social pendant vingt ans. De plus, l’association de ce père de famille a obtenu un National Unity Award.

  • Ed nou pou kont ou!

  • Mauritius Finance

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !