Economie

Attentes budgétaires : les opérateurs souhaitent le renforcement du «Made In Moris TIC»

Made In Moris TIC

La Mauritius Information & Technology Industry Association (MITIA) pense que Maurice peut devenir un pays à revenu élevé. « Il doit se concentrer sur les exportations des produits et services TIC pour une grande visibilité internationale », avance Kemraz Mohee, président de la MITIA. Selon lui, les défis sont les taxes, le manque de soutien à l’innovation et l’accès insuffisant aux marchés africains.

Hugues Sauzier, vice-président, estime qu’il faut étendre le taux de réduction de 3 % d’impôts sur les bénéfices provenant des exportations des entreprises TIC, accordé aux produits manufacturés depuis 2017. La MITIA prône plus de synergie entre les sociétés informatiques.

Les membres concèdent que le savoir-faire mauricien est suffisant pour créer des logiciels de pointe. La situation dans le secteur crée un manque de ressources, ce qui rend pénible l’embauche et la rétention du personnel. Pour pallier cela, il faudrait rendre les matières STEM plus attrayantes à nos jeunes. « Pour combler le manque de main-d’œuvre, il faut commencer avec le codage au début du programme scolaire, au moins à partir du secondaire. Ce secteur est devenu le troisième pilier de l’économie en moins de 15 ans. Il contribue à hauteur de 5,6 % du PIB. Environ 23 000 personnes y sont employées », conclut-il.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • A loan with perspective