Xplik ou K

Atteint de dystonie à 60 ans - Radeep : «Aidez-moi à guérir»

Radeep et Lowtee Radeep et Lowtee se sont rendus en Inde pour débuter les traitements en attendant de réunir la somme intégrale à Maurice.

À court de moyens, Radeep Mathoora, un habitant de Midlands âgé de 60 ans, s’est tourné vers la rédaction pour faire appel à la générosité du public. Il y a cinq ans, l’homme, alors employé comme chauffeur d’autobus, a été atteint de dystonie. Il explique comment il a senti les premiers symptômes de la maladie. « Dès le départ, j’ai ressenti comme un courant électrique qui a commencé à se propager dans mon cou.

Au fur et à mesure, les choses se sont empirées», fait-il ressortir. Il ajoute qu’il a également été forcé d’arrêter de travailler, car sa santé ne le lui permettait pas. « J’étais chauffeur d’autobus et je comptais plus de 20 ans de service. J’attendais que ma santé s’améliore pour pouvoir reprendre le travail, mais cela ne fut pas le cas. J’ai donc été contraint de prendre ma retraite anticipée et j’ai obtenu des indemnités», concède Radeep. Toujours selon ce dernier, les traitements à l’hôpital se sont passés correctement. « J’ai suivi tous les conseils du médecin à la lettre. J’ai obtenu des médicaments, mais la situation ne s’est guerre améliorée. De jour en jour, cela devenait de plus en plus difficile de supporter la maladie, car les traitements adéquats ne sont pas disponibles à
Maurice », dit-il.

Difficultés financières

Pour sa part, Lowtee Mathoora, l’épouse de Radeep, voque les difficultés financières qu’ils ont rencontrées pour pouvoir se rendre en Inde pour que son époux puisse recevoir des soins. « Nous vivons comme locataires depuis 30 ans. Avec la mince pension que nous percevons tous les mois, nous essayons de faire le maximum. Mon époux a touché environ Rs 200 000 de son ancien employeur, mais il ne reste plus rien de cette somme avec les va-et-vient à la clinique et à l’hôpital pour ses traitements », confie la septuagénaire. Ex-employée d’usine, la retraitée explique que son époux ne peut rester seul. « Nous touchons une Carer’s Allowance pour qu’une personne puisse s’occuper de mon époux en mon absence ».  Mariés depuis 30 ans et sans enfant, le couple explique qu’ils attendent de bénéficier d’un des logements sociaux de la National Housing Development Company. « Tout notre argent est bloqué sur notre compte PEL. Le toit de notre maison coule comme une passoire, mais nous avons gardé toutes nos économies, soit environ Rs 400 000 en attendant de bénéficier d’une maison de la NHDC », fait ressortir la retraitée.  
Traitements au coût de Rs 2 millions

Au départ, ce patient recevait les traitements requis à l’hôpital Victoria à Candos. Le médecin traitant vient de lui informer que le reste des traitements devraient  se faire à l’étranger au coût de quelque Rs 2 millions, relate Lowtee.

« La somme nous a paru astronomique, mais nous ne nous sommes guère découragés.Nous étions confiants que mon époux allait pouvoir trouver ce montant pour aller se faire soigner », dit la septuagénaire. « Nous avons commencé à solliciter les compagnies et les membres de la famille afin de pouvoir réunir la somme nécessaire. À ce jour, l’aide que nous pouvons obtenir du gouvernement  s’élève à Rs 500 000. Nous devrons, quant à nous, trouver la somme de Rs 1,2 million pour compléter le paiement », soutient la septuagénaire. Les deux retraités ont pris l’avion le lundi 23 septembre pour l’Inde en attendant de réunir toute la somme.  Dans une déclaration au Défi Quotidien,  Radeep a lancé un appel aux Mauriciens. «Aidez-moi à guérir de ma maladie et à retrouver la santé », dit-il.

Ceux souhaitant venir en aide au retraité sont priés de contacter Harrydat Aucklooun, un membre de la famille, sur le 57581206 / 6749220.

C’est quoi la dystonie ?

La dystonie est un trouble neurologique du mouvement qui touche le système nerveux. C’est un trouble moteur caractérisé par des contractions musculaires intenses, involontaires et prolongées qui provoquent des attitudes et des postures anormales, de tout ou partie du corps : le plus souvent d’un membre, mais parfois des paupières, du cou (comme un torticolis), des yeux (crises oculogyres) ou de la bouche.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !