Live News

Attaquée il y a un mois et demi : la victime des deux rottweilers devra vivre avec cinq greffes 

Les médecins ne savent toujours pas s’ils pourront raccorder les deux extrémités du tendon de sa main gauche, qui a été arraché par l’un des deux chiens.

Le comptable de 43 ans qui a été, il y a un mois et demi, attaqué par deux rottweilers dans le quartier dit ‘Ward 4’, à Port-Louis, a regagné son domicile. Cela, après avoir subi près de 20 interventions chirurgicales. Il a partiellement regagné l’usage de ses pieds et de sa main droite. Les médecins sont dans l’attente d’un avis médical pour déterminer si le tendon de sa main gauche, qui a été sectionné, pourra être raccordé ou non. 

Les mauvaises nouvelles n’en finissent pas pour ce comptable, qui menait une vie paisible avant son agression sauvage par deux rottweilers, au cours d’une soirée dominicale. De retour à la maison, il réalise qu’il devra endurer les stigmates sur son corps le restant de sa vie. Des traces de morsures, une centaine de points de suture, cinq greffes de peau et de chair… 

Pire : les médecins ne savent toujours pas s’ils pourront raccorder les deux extrémités du tendon de sa main gauche qui a été arraché par l’un des deux chiens. Ils sont dans l’attente d’un avis médical de l’étranger, afin de savoir quel mode opératoire employer lors de l’intervention chirurgicale, afin que la victime puisse regagner l’usage, ne serait-ce partiel, de son pouce de la main gauche. Ce sera, fait-on comprendre, la dernière opération de la victime.

La victime a regagné l’usage de ses jambes et de ses pieds, mais  n’est pas autorisé à faire de grands mouvements "

15 pilules par jour

Le neveu du comptable explique que la victime a regagné l’usage de ses jambes et de ses pieds, mais qu’il n’est pas autorisé à faire de grands mouvements sur avis des médecins. Ses muscles doivent se reconstruire et il doit impérativement regagner de la force et de l’équilibre avant de pouvoir reprendre ses activités. 

Valeur du jour, avance le neveu, la victime peut seulement se tenir debout et se rendre aux toilettes. Le comptable de 43 ans peut également se nourrir uniquement avec sa main droite, même s’il ressent toujours d’atroces douleurs au niveau de l’avant-bras. 

Pour faire passer la douleur, prendre des forces et surtout faire cicatriser les plaies, il doit ingurgiter au moins cinq pilules lors de chaque repas. Il est toutefois aidé de ses proches. 

Traîner le propriétaire en justice

« Mon oncle est, visiblement, très mal dans sa peau. Il est moralement abattu et nous ne savons pas quand, et est-ce qu’il se remettra de l’agression sauvage dont il a été victime. Le pire, c’est qu’il passe son temps à culpabiliser. Nous avons l’impression que l’image des deux rottweilers est en train de hanter son quotidien, depuis la soirée de l’agression. Il a, au fil du temps, développé une phobie pour la couleur noire et jure de ne plus sortir le soir à l’avenir », raconte le neveu. Les services d’un psychologue, ou encore d’un psychiatre, pourraient être retenus dans les semaines à venir afin de remonter le moral de la victime. 

En parallèle, les proches du comptable ne veulent pas lâcher l’affaire. Une fois la victime rétablie, une action légale sera intentée, dans les mois à venir, contre le propriétaire des deux rottweilers, afin de réclamer des dommages et intérêts. 

Le silence des organismes décrié

La famille du comptable ne cesse de déplorer le fait que les deux chiens n’ont pas encore été retrouvés, mais surtout que l’enquête policière serait en train de stagner. « Nous avons été déçus de constater qu’aucun organisme n’a pris position dans cette affaire. Et pourtant, la victime aurait pu y laisser la vie. Ce n’était qu’une question de minutes. Les images CCTV ne mentent pas. Où sont les représentants de la Mauritius Society for Animal Welfare (MSAW) et l’Animal Welfare Unit (AWU) ? Pa tann zot... Le propriétaire a regagné son domicile après quelques jours de détention, tandis que mon oncle est en train de souffrir et nous n’avons aucune visibilité concernant son état de santé », dit le neveu. 

Déjà qu’un rottweiler errant une rue en pleine soirée et sans laisse ni maître, poursuit-il, est impardonnable. « Maintenant, imaginez-vous, il y en avait deux ce soir-là », termine-t-il.

Aucune trace des rottweilers après six semaines

Six semaines se sont écoulées depuis l’agression et toujours aucune trace des deux molosses. Au niveau de la force policière, on avance que toutes les pistes sont explorées afin de les retrouver. « Nous pensons que ces chiens sont encore en vie. Nous recueillons toutes les informations disponibles. Nous utilisons nos informateurs et les Field Intelligence Officers sont mis à contribution », souligne la cellule de presse de la police. La collaboration du public est sollicitée dans cette enquête. La cellule de presse ajoute qu’il n’y a pas moyen de faire parler le propriétaire des deux rottweilers. « Il semblerait qu’il n’arrive pas à les retracer », indique-t-on. Une fois retrouvés, les chiens seront confiés à l’Animal Welfare Unit, qui s’en occupera jusqu’à la fin de l’enquête de police.

La victime : « La négligence d’un individu a gâché ma vie »

Contacté au téléphone par Le Dimanche/L’Hebdo, le comptable avance qu’il se porte « mieux », après avoir passé un mois en clinique. « Les médecins m’ont fait comprendre qu’on doit encore m’opérer. Je suis toujours sous observation, car beaucoup de tendons ont été endommagés », explique-t-il. 

Celui-ci se dit dans l’attente du rapport médical, afin de fixer le montant de dommages qu’il envisage de réclamer au propriétaire des molosses. « Je ne sais pas si je retrouverais mes capacités à 100 %. Il me faudra beaucoup de temps. Je suis triste lorsque je réalise que la négligence d’un individu a gâché ma vie. Il semblerait qu’il n’ait pas agi légalement », tonne-t-il. 

La victime déplore que les rottweilers n’ont toujours pas été retrouvés. « Où sont les chiens ? Cela fait déjà plus d’un mois depuis que la police est en train de chercher les molosses. Pourquoi les caméras Safe City dans la région ne sont pas mises à contribution ? », demande le comptable. 

Ce dernier lance un appel à la collaboration des voisins qui détiennent des caméras de surveillance dans la région. « Je vous demande de soumettre les images à titre anonyme, car votre aide pourrait élucider cette affaire. Les images qui circulent démontrent uniquement l’attaque sauvage. Mais d’où venaient les rottweilers et où sont-ils partis ? » s’interroge la victime.
 

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !