Faits Divers

Astuce des condamnés : des cellulaires déterrés à la prison de Grande-Rivière-Nord-Ouest

Prison de Grande-Rivière-Nord-Ouest

Les condamnés n’épargnent aucun endroit pour cacher les objets interdits à la prison. Las de voir leurs téléphones portables et de la drogue saisis lors des multiples perquisitions, des détenus de la prison de Grande-Rivière-Nord-Ouest ont eu l’ingénieuse idée de dissimuler des cellulaires… sous la terre.

La direction du pénitencier avait eu vent de la présence de téléphones portables dissimulés dans plusieurs zones de la cour. Une fouille générale mobilisant un fort effectif de la prison, notamment la Prison Security Squad, l’Intelligence Cell et la Dog Squad, a eu lieu mercredi. L’opération s’est déroulée à différents endroits. À la suite de cette perquisition minutieuse menée dans les cellules et la cour de la prison, trois cellulaires, une certaine quantité de drogue et du thé ont été découverts.

Fouilles quotidiennes

Convaincus que d’autres objets étaient dissimulés dans l’enceinte, les officiers se sont mis à creuser la terre à différents endroits. Ils ont trouvé sept téléphones portables qui avaient été enterrés. De la drogue a également été saisie. Après cette découverte, une déposition a été faite à la police. Les cellulaires seront passés au crible.

Un comité présidé par le commissaire des prisons, Vinod Appadoo, s’est réuni à l’issue de l’opération. Les représentants de plusieurs centres pénitentiaires ont assisté à cette rencontre. « Nous envisageons de faire des fouilles générales quotidiennes. Nous choisirons une prison au hasard. Cela fait partie d’un plan d’action sur le moyen terme », explique l’assistant commissaire des prisons, Nailvy Naidoo Perumal Naiken, qui est responsable de la prison de Grande-Rivière-Nord-Ouest.

Il ajoute que la direction a pris de nouvelles mesures après avoir identifié la méthode la plus utilisée par les malfrats pour introduire des cellulaires et d’autres objets non autorisés au sein de la prison. « Nous n’exerçons pas de surveillance uniquement à l’intérieur de la prison. Nous le faisons aussi dans les alentours. Nous avons déployé des sentinelles à l’extérieur du pénitencier afin de dissuader ceux qui s’amusaient à lancer des objets par-dessus la muraille à le faire. Ce qui a également réduit le nombre de personnes à l’allure étrange qui rôdaient dans les parages de la prison », explique Nailvy Naidoo Perumal Naiken.

Pour contrer l’entrée illégale des téléphones portables en prison, la direction envisage de renforcer le système de Mobile Jamming. « Une fois que cette mesure sera étendue, les condamnés n’auront aucune raison d’avoir un téléphone sur eux », ajoute l’assistant commissaire des prisons.

Outre le système de Mobile Jamming, l’administration pénitentiaire compte éliminer la présence de cellulaires dans les prisons. « La loi sera durcie. Tout détenu trouvé coupable de possession de téléphones portables écopera de cinq ans de prison et d’une amende de Rs 50 000 », explique Vinod Appadoo, commissaire des prisons.