Live News

Assassinat de Manan Fakhoo - Les proches des suspects : «Nou zanfan inosan, liber zot !»

Les familles des suspects ont rencontré la presse le jeudi 4 mars.

Les parents des neuf suspects, arrêtés dans l’enquête sur l’assassinat de Manan Fakhoo, ont rencontré la presse, le jeudi 4 mars, au Centre Marie-Reine-de-la-Paix, à Port-Louis. Leur but est de dénoncer le mauvais traitement infligé aux prévenus.

Raouf Khodabaccus, porte-parole de ces familles, a expliqué que le but de cette conférence de presse est de lancer un appel auprès du Directeur des poursuites publiques (DPP) et au Commissaire de police concernant l’arrestation arbitraire de ces neuf personnes. Les familles des neufs suspects réclament leur remise en liberté, car, disent-ils, les enquêteurs leur reprochent un crime qu’ils n’ont pas commis. Ils sont tous des innocents qui sont battus et torturés. « Nou pe trakase, pa pe kapav trouv nou zanfan. Avoka pa pe gagn akse. Malgre ki komiser donn garanti. Lalwa pa pe suiv so kour kouma nou souhete. Nou gagn ranseignma ki lapolis pe abiz zot ek zot pe pass boukou mizer. Nou lans enn lapel solanel ek komiser polis si li perna kontrol lor sa group CID ki pe fer lanket la. Nou demann li zet enn kou dey ki lanket fer kouma bizin », dit-il. 

Le porte-parole des familles des prévenus dénonce une démonstration de force et d’intimidation de la police auxquelles les familles des neuf personnes arrêtées sont soumises. « Si lapolis kontinye harsel nou bann fami ek nou bann zanfan, vinn fer enn ban harselma parfoi 3 foi par zour, nou nepli kapav. Nou demann zot aret fer sa zoe la », lance Raouf Khodabaccus.

Dans une déclaration au Défi Media Group, Raouf Khodaccus a expliqué que ces neuf familles n’empêchent pas la police de faire son travail. Mais, tout ce qu’elles demandent c’est qu’il y ait une justice et que l’enquête de la police dans cette affaire se déroule dans la transparence. « Li pa posib nou pa pe trouv nou zanfan ek kan amenn zot la kour pe kamoufle zot. Eski ena mark bate lor zot, eski zot pe viktim tortir pou fer zot aksepte case alor ki zot bann inosan  », ajoute Raouf Khodabaccus.

Ce dernier nous explique avoir choisi le thème «Amicale 2.0 non !» pour la simple raison que cette fois-ci, ils vont mieux s’organiser au niveau de la résistance face à ces arrestations arbitraires. « Pou l’Amicale nou pa ti telma organize sa lepok- la. Me sa kou la pa li sa, nou pou koumans organize boner ek sa lalit- la ou va trouve ou mem avek sa group rezistans-la. Parski nou pa oule enn deziem Amicale 2.0 », dit-il.

Ce groupe de résistance et de soutien organise  un grand rassemblement le mardi 9 mars à 20 heures, à la rue La Paix, Port-Louis.


Saif Sadullah revient sur son emploi du temps

Saif Sadullah, l’un des suspects épinglés par la Major Crime Investigation Team (MCIT) dans l’enquête sur la mort de Manan Fakhoo a été auditionné dans la journée du jeudi 4 mars. Une nouvelle fois, il a nié être impliqué dans l’assassinat de l’habitant de Beau-Bassin, lors d’une attaque à arme à feu, dans la soirée du 20 janvier. 

C’est en présence de son homme de loi, Me Rama Valayden, que Saif Sadullah a été appelé à fournir un récit concernant son emploi du temps entre le 19 et le 20 janvier 2021 et à donner les précisions sur le présumé plan concocté pour abattre Manan Fakhoo. L’audition s’est déroulée dans les locaux du Central Criminal Investigation Department (CCID), sous enregistrement vidéo.  

Les limiers de la MCIT ont  confronté le suspect à des enregistrements vidéo ges pour réclamer des explications et précisions sur ses mouvements à Beau-Bassin. Saif Sadullah a expliqué qu’il était au travail dans son salon de coiffure, à Beau-Bassin, le 19 et le 20 janvier et qu’il est rentré chez lui après avoir complété ses  journées de travail.  

Selon Me Rama Valayden, l’interrogatoire de son client devrait être complété d’ici la semaine prochaine. Il affirme que son client nie toute implication dans l’assassinat de Manan Fakhoo. Selon l’avocat, son client est en mesure de prouver qu’il n’est pas impliqué dans cette affaire. 

« Mon fils est innocent »

Udin Bholah, le père de Noorudhin Bholah, arrêté dans le sillage de cette affaire, demande au DPP à ce que son fils soit libéré rapidement sans condition. Car, il est innocent, dit-il, dans cette affaire. « Mo 101 % sir ki mo garson ek sa bann lezot zanfan-la inosan. Eski zordi lapolis pa finn vinn verifie avek nou, vinn shek alibi ki mo garson ti lakaz sa zour-la. Avan ki aret li, lapolis ti bizin fer so lanket ek ramas bann prev. Zame zot pa pou gagne parski mo zanfan enn inosan ki pe anferme inzistema », dit Udhin.

  • Mazda 3

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !