Interview

Ashok Subron : «Appel à Bérenger et à Ganoo de voter une réforme amendée»

Ashok Subron

Sa position pourrait étonner, mais Ashok Subron de Rezistans ek Alternativ est constant. Pour lui, il faut que la réforme passe, même si elle doit être amendée avec des propositions venant de Paul Bérenger et d’Alan Ganoo principalement.

Le Premier ministre Pravind Jugnauth a annoncé qu’il sera plus obligatoire de déclarer son appartenance ethnique lors d’élections. Cela rejoint la lutte que mène Rezistans ek Alternativ (ReA) depuis 2005.

Il est clair que le combat épique que mène Rezistans ek Alternativ depuis 2005, notre action de défiance et juridique, que ce soit aux Nations unies ou en Cour suprême, ont poussé les partis traditionnels à aller vers une réforme électorale.

Vous êtes satisfait donc ?
On va maintenir l’action juridique aux Nations unies et en Cour suprême aussi longtemps que la Constitution n’est pas amendée pour éliminer la classification communale. Puis, mon message à tous les politiciens : s’il n’y a pas réforme, il ne faut pas qu’on passe vers l’option d’un mini-amendement qui sera temporaire jusqu’aux prochaines élections, ce serait tomber dans l’absurdité.

Vous demandez aux partis de l’opposition de voter la réforme ?
Je ne leur demande pas de voter la réforme telle que présentée par le Premier ministre. Je demande au Premier ministre d’être disposé à accepter des amendements que l’opposition parlementaire et extra-parlementaire vont proposer, car une réforme va prendre en considération la classification communale. Une réforme servira à compléter la décommunalisation de notre système politique, puis corrigera l’injustice aberrante du First Past The Post (FPTP) et permettra à toutes les sensibilités politiques d’être représentées au Parlement.

Une réforme servira à corriger l’injustice aberrante du First Past The Post»

Il y a aussi l’introduction de la proportionnelle et les sièges additionnels, ce qui devrait apporter un juste équilibre selon vous ?
La proportionnelle (PR) sera introduite pour corriger le déséquilibre créé par le système FPTP et le Best Loser System (BLS) viendra à son tour corriger le déséquilibre créé par le PR. Toutefois, je dois reconnaître que le BLS n’a aucune obligation de choix communaux, car il ne sera pas inclus dans la Constitution.

Le seuil d’éligibilité est de 10 % pour le PR, est-ce à dire pour écarter les partis dits « petits » ?
Le seuil du PR devrait être au nombre de députés qu’un parti fait élire. Pour ReA, le seuil de 10 % est élevé et excessif, il devrait être de 5 %, pas plus. En sus, pour y être éligible, un parti doit aligner des candidats dans le système FPTP et avoir un nombre suffisant de femmes candidates.

Les 10 % sont peut-être d’éviter aussi que des partis sectaires se fassent élire ?
Avec 5 %, n’importe quel parti peut se faire élire et quant à ceux qualifiés de sectaires, il n’y a qu’à les combattre. Le Hizbullah s’est bien fait élire non ?

Ailleurs, comme en France, certains entrent au Cabinet même s’ils n’ont pas été candidats, est-ce que ce sera semblable chez nous ?
Maurice n’est pas un régime présidentiel, et d’un. Ensuite, ReA n’est pas d’accord qu’on nomme des gens après des élections. On considère qu’il y a un risque qu’un leader interfère dans un système démocratique après des élections.

Faut-il enlever les quatre communautés au sein de notre Constitution ?
Du moment que les candidats n’auront plus l’obligation de décliner leur communauté et qu’ils représenteront leur circonscription respective, automatiquement la classification communale est éliminée.

L’heure n’est pas aux tergiversations, il nous faut ce bond historique»

Le PM parle aussi d’une loi anti-transfuges…
C’est bien qu’il compte introduire une loi anti-transfuges, toutefois que se passera-t-il s’il considère que le programme sur lequel il a été plébiscité n’est pas suivi ? Il sera obligé de changer de camp.

Il faut saluer quand même le gouvernement de venir de l’avant avec un projet de réforme…
Après 50 ans d’indépendance et de lutte, ReA veut contribuer pour que le pays fasse un saut qualitatif. D’où mon appel qu’il faut plus de maturité et de respect pour ce peuple. L’heure n’est pas aux tergiversations, il nous faut ce bond historique.

Vous appelez donc à un consensus autour de cette réforme électorale ?
Je demande à Pravind Jugnauth de ne pas écouter son papa, c’est lui le Premier ministre de ce pays. Qu’il ne reste pas figé. Quant au MMM, il faut que ce parti le soit aussi. Tombons d’accord sur un minimum de réforme.

Paul Bérenger a dit que, même « under protest », le MMM ne va pas voter la réforme…
Je demande à Paul Bérenger d’agir en homme mature comme dans les années ardentes du MMM et de voter une réforme amendée. Il en est de même pour Alan Ganoo, autre militant des années 70. Que Bérenger et Ganoo votent une réforme amendée avec leurs propositions. Le Parti travailliste a aussi un devoir de voter pour, sinon on risque d’avoir des législatives qui ne seront pas ‘free and fair’. Quant au PMSD, ce parti a toujours été contre tous les gros événements, sa position n’étonne guère.

Si la réforme est votée, même amendée, ReA compte-t-il maintenir ses actions en cour ?
Si la réforme est votée et qu’il n’y a plus la classification communale au sein de notre Constitution et que l’obligation de décliner son appartenance ethnique aux élections soit biffée, automatiquement ReA va retirer ses affaires, car elles tomberaient toutes seules.