Législatives 2019

Ashock Jugnauth : «La pension à Rs 13.500 est un ‘bribe’ électoral»

Les candidats de l’Alliance PTr/PMSD au numéro 8 lors de leur réunion à Bois-Chéri.

«Zordi enn eleksion pe vini, ou vinn dir mo pou donne ou Rs 13 500. Mo bann kamarad grand dimounn kompran bien. Li (Pravind Jugnauth) pe enbet zot zis pou gagn vot ek gagn eleksion. C’est ene bribe electorale », c’est ce qu’a déclaré Ashock Jugnauth, candidat de l’Alliance Nationale (PTr/PMSD) pour la circonscription Quartier-Militaire/Moka (8) lors d’une réunion au Bois-Chéri Multipurpose Hall, à Moka, le lundi 14 octobre. En faisant une telle annonce, avance Ashok Jugnauth, Pravind Jugnauth n’a eu d’autre choix par la suite que d’annoncer qu’il augmentera le salaire minimal. « Dans quel pays voit-on qu’un salarié gagne moins d’argent qu’un retraité ? Il a dû dire qu’il va augmenter le salaire minimal ». 

Ashock Jugnauth a insisté sur les « enjeux » de cette élection et a demandé à l’assistance de « ne pas faire la même erreur qu’en 2014 ». « Vous avez voté une certaine équipe qui se disait Alliance Lepep. Pas lepep kinn gagn lavantaz, se zis enn group dimounn dan MSM, bann Jugnauth ek zot fami kinn anrisi zot. Bann cass ki ti bizin met dan lekonomi inn rant dan pos sertin dimounn. Pa donn lisien vey sosis, zot pou fini manz tout », a-t-il martelé.

Ashock Jugnauth a aussi critiqué le Metro Express où « premier fois dans listwar, rel pankor mete, fini koup riban », le Serenity Gate ou encore la mesure visant à puiser dans les réserves de la Banque de Maurice pour payer la dette. 

Suren Dayal, autre candidat rouge dans la circonscription No 8, a déclaré : « Ou pas trouv ki Pravind Jugnauth pa atak MMM. Ena enn zafer tactik, ene aranzman pe deroule ». Artee Boodhonee, l’autre candidate rouge au No 8, a, quant à elle, pris l’engagement de considérer la circonscription « comme son enfant » et n’a pas manqué de critiquer les « trois ans de vengeance politique » du gouvernement contre Navin Ramgoolam.


Echos de campagne

Anerood, Ashock, Pravind, quand les prénoms s’emmêlent 
Les lapsus ne manquent pas dans cette campagne. Lisez plutôt : « Ena enn lot (Ndlr : le Dr Kowlessur) an plas li dir Pravind Kumar Jugnauth, li dir Ashock Jugnauth », souligne Suren Dayal. Un homme dans l’assistance lui a alors rappelé que le Dr Kowlessur avait dit «Anerood Kumar Jugnauth  pa Ashock ». Ce qui a provoqué un fou rire dans l’assistance. « Nou pe mars ansam, mwa mo ena rezon. Li mo kolistie, me kandidat la pa konn nom so leader », s’est justifié l’ancien ministre. 

«Mo ti plin»
Il n’allait pas se présenter aux élections générales, mais il s’est laissé convaincre par Navin Ramgoolam.  C’est la confidence d’Ashock Jugnauth lors de la réunion nocturne à Moka. « Mo ti plin. Et puis, j’ai réfléchi. Je ne pouvais laisser le pays sombrer », a-t-il déclaré. 

Neveux et nièces en examen 
Suren Dayal ne digère pas la date des élections. « J’ai des neveux et des nièces qui ont des examens les 7 et 8 novembre. Ou kone ki stress sa. Li evidan ki Pravind Jugnauth inn anons eleksion vite parski li per ki Navin Ramgoolam gagn so case ek ki so popilarite monté », a-t-il souligné. 

Bénédiction 
Le changement d’école pour le Nomination Day ne déplaît pas aux candidats rouges au No 8. « Ce sera à la Reverend Edward Walter Government School. Reverend Walter pou donn nou so benediksion », soutient Suren Dayal.  

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !