People

Ashit et Manisha Gungah : au nom de l’amour et de la sérénité

Ashit et Manisha Gungah ont célébré 29 ans de mariage en mai dernier.

Le ministre de l’Industrie, du Commerce et de la Protection des consommateurs, Ashit Gungah et son épouse Manisha incarnent le couple parfait. La communication, l’amour et la confiance expliquent la réussite de leur mariage. Parents de deux fils, ils ont célébré leurs noces de velours le 14 mai.

Les rayons dorés du crépuscule enveloppent le village de Triolet. Étonnamment, nous ne rencontrons pas de policier devant la demeure des Gungah. 

Dans la région, la famille a toujours eu une réputation de proximité et d’accessibilité. À 18 heures, Manisha Gungah rentre du travail. Elle est suivie de son époux Ashit. Ils partagent la demeure avec leurs parents. Le ministre indique que la question de vivre dans une maison séparée ne lui a jamais traversé l’esprit. Il est d’ailleurs enfant unique. Ashit et Manisha Gungah ont, eux, deux fils, Geetesh et Himesh, âgé de 26 et de 23 ans respectivement. 

Fils d’un enseignant, Ashit Gungah a travaillé très dur pour obtenir une place au Royal College de Port-Louis. Puis, il opte pour des études supérieures au Punjab Engineering College à Chandigarh en Inde. Il rentre à Maurice à l’âge de 26 ans après avoir obtenu son diplôme en Mechanical Engineering. Cette même année, il trouve un emploi qui lui convient chez Bonair Yarn Ltd. Il veut d’abord trouver un équilibre, avant de se passer la corde au cou. Mais le destin lui réserve une surprise.

Nous sommes en octobre 1987. Alors qu’il est dans la capitale, son regard se pose sur une demoiselle dans un magasin.
« Je la trouvais très charmante avec une longue chevelure. Elle avait l’air sympathique. C’était le coup de foudre », raconte Ashit Gungah en souriant.
Il veut faire sa connaissance. Il trouve un prétexte pour se rendre au magasin en question, histoire de voir sa dulcinée. Il ne tarde pas à découvrir qu’elle travaille dans le département de la comptabilité.

Gungah family
Le couple est entouré de ses deux fils.

Il hésite un peu à faire le premier pas. Mais après mûre réflexion, il prend son courage à deux mains et se présente. Il apprend qu’elle s’appelle Manisha.

Aussi longtemps que Dieu me le permettra, je serai politicien pour l’avancement de notre patrie. Mes parents, mon épouse et mes enfants me soutiennent »

« J’étais ravie de le rencontrer. Nous avons parlé et nous avons découvert que nous fréquentions la même école primaire », relate-t-elle.
Ashit invite Manisha à déjeuner. Cette dernière ne désapprouve pas. Cependant, elle lui demande de parler à ses parents d’abord. Le jeune homme acquiesce. Il informe son père en premier lieu et ce dernier donne son aval.

« J’ai ensuite appelé le père de Manisha pour faire part de mes sentiments pour Manisha. Il se trouve que nos parents se connaissaient déjà. Ils ont accepté », raconte-t-il.

Le déjeuner en tête-à-tête se déroule à merveille. « C’était le 23 novembre soit deux jours avant mon anniversaire. Il m’a même offert un présent », confie Manisha avec le sourire. Les deux jeunes se plaisent. Ils enchaînent avec les rencontres. Elle admire la franchise et le franc-parler d’Ashit. Elle trouve qu’il est également jovial avec un sens de l’humour.

Le ministre ne cesse également de faire l’éloge de sa tendre moitié. Il l’apprécie pour sa beauté, sa simplicité, son courage et sa patience. Deux ans après, soit le 14 mai 1989, ils se marient. Leur union leur porte chance. Ashit est employé comme directeur d’ACL Garments Ltd et Manisha trouve un emploi dans une banque. « L’amour est synonyme de respect, de confiance et de communication », estime le ministre.

Vie quotidienne

Les Gungah vivent un moment difficile en fin 2017. La maman d’Ashit Gungah subit une intervention chirurgicale. Aujourd’hui, elle se porte beaucoup mieux. « Maman avec l’aide d’une bonne s’occupe des tâches ménagères quand nous sommes au bureau. À l’heure du dîner, la famille fait son possible pour être présente à table. Nous profitons pour parler un peu de tout. Malheureusement, on n’a pas toujours l’occasion d’être tous réunis, Ashit étant souvent pris avec son travail soit au bureau ou dans la circonscription », explique Manisha.

Les week-ends, c’est elle qui s’occupe des repas. « Mon emploi du temps pendant la semaine est rempli avec le boulot. Mais le week-end, je suis aux fourneaux », dit-elle. « Enn top kwizinyer », ajoute d’emblée son époux.

Le père d’Ashit est de son côté très matinal. Il s’occupe du jardin et des deux chiens, un berger allemand et un Golden Retriever, qui sont considérés comme des membres de la famille.

Manisha et sa belle-mère préparent le petit-déjeuner et s’attellent aux tâches quotidiennes. Entre-temps, Ashit s’adonne à quelques exercices physiques dans une petite salle de gym aménagée. La famille l’utilise pour maintenir la forme.

Puis, les enfants se réveillent. Ils se préparent et se rendent au travail. Ashit avoue qu’il ne peut pas passer plus de temps avec la famille, en raison de ces activités politiques. Mais il rassure qu’ils passent des moments de qualité quand ils sont ensemble.

De temps à autre, il organise une sortie avec la famille. « Nous avons aussi créé un groupe sur WhatsApp que nous appelons Family. Nous échangeons des messages et des blagues durant la journée. Cela nous garde connectés », dit-il. 

Bientôt, leur aîné retournera en Angleterre pour passer l’examen d’entrée au barreau.

Ashit et Manisha
Ashit et Manisha Gungah, plus jeunes.

Entrée en politique

L’histoire entre la politique et Ashit Gungah date de très longtemps.

« Quand je suis allé faire mes études, Maurice souffrait sur le plan économique. En 1982, sir Anerood Jugnauth devient Premier ministre et donne un coup de fouet à l’économie. Il a accompli beaucoup de choses en cinq ans. Je l’admire pour sa ténacité. Malgré cela, il a perdu les élections générales en 1995 par 60-0. J’ai eu du mal à digérer cette lourde défaite. Il était temps que j’apporte ma contribution », relate-t-il.

Il fait part de son intention de se lancer en politique à son épouse et à ses parents. Ils le soutiennent. Ashit Gungah va par la suite rencontrer sir Anerood Jugnauth (SAJ) et intégrer le Mouvement socialiste mauricien (MSM).

Des élections partielles se tiennent à Flacq/Bon-Accueil en 1998. SAJ est alors le candidat du MSM. Ashit Gungah est responsable du centre de vote à Bonne-Mère. Il est aussi très actif pour la Fédération MSM/MMM à Canot, lors de la partielle au numéro 20 à Beau-Bassin/Petite-Rivière en 1999. Ces deux premières épreuves électorales se terminent par des déceptions, mais il sait qu’il a beaucoup appris sur l’organisation et le travail sur le terrain pour les élections. Il ne baisse pas les bras.

Déjà membre du Comité central et du Bureau politique, il parcourt la circonscription. En 2000, l’Alliance MSM-MMM pour les législatives lui offre un ticket dans la circonscription numéro 6, Grand-Baie/Poudre-d’Or.

« Bien que j’étais très actif dans la circonscription numéro 5 Pamplemousses/Triolet, j’ai accepté la décision de SAJ, parce que quand vous êtes dans une alliance, il y a des concessions à faire. L’important c’était de défendre les couleurs de l’alliance MSM/MMM », indique-t-il.

Le candidat se consacre corps et âme à sa campagne. Il est élu en deuxième position et devient député et éventuellement Parliamentary Private Secretary. En 2005, il se présente une nouvelle fois aux élections et termine en quatrième position. Nullement découragé, il reste très actif sur le terrain.

En 2010, il est élu en tête de lice sous la bannière de PTr/PMSD /MSM. Il devient ministre de la Fonction publique et des Réformes administratives. Quatorze mois plus tard, l’affaire MedPoint vient jouer le trouble-fête. Le MSM quitte le gouvernement. Le mot d’ordre au MSM est alors de ratisser le terrain.

En 2014, les élections générales ont lieu et Ashit Gungah est élu encore une fois en tête de liste. Il devient ministre pour la deuxième fois. Il s’occupe de l’Industrie, du Commerce et de la Protection des consommateurs. 

Pour Ashit Gungah, le combat politique se poursuit. « Aussi longtemps que Dieu me le permettra, je serai politicien pour l’avancement de notre patrie. Mes parents, mon épouse et mes enfants me soutiennent », fait-il ressortir.