Actualités

Arvin Boolell : «Un leader ne peut rester quand le stade se vide de ses spectateurs»

Arvin Boolell était l’invité de l’émission « Au cœur de l’info » animée par Nawaz Noorbux et Jugdish Joypaul le vendredi 15 novembre 2019. Parmi les sujets abordés, le leader de l’opposition Arvin Boolell a commenté le leadership du Parti travailliste. 

« Il n’est pas question de disputer le leadership du Parti travailliste à ce stade. » C’est ce qu’a déclaré Arvin Boolell dans l’émission Au cœur de l’info vendredi avant d’ajouter : « Un leader ne peut rester quand le stade se vide de ses spectateurs. » 

Le leader de l’opposition fraîchement désigné a cependant fait ressortir qu’il ne faut pas humilier Navin Ramgoolam. Il a rappelé qu’il faut laisser le soin au parti et à ses instances de décider du leadership du Parti travailliste (PTr). « Je connais Navin Ramgoolam. Il a à cœur le parti et le pays. Le temps venu il se retirera… Il ne faut pas oublier que le Parti travailliste a connu des moments de gloire sous le leadership de Navin Ramgoolam », a-t-il souligné. 

Un autre volet de l’intervention d’Arvin Boolell portait sur le travail qu’il compte faire avec les membres des autres partis de l’opposition surtout des dossiers tels que Chagos et l’accord post-Agoa. Il a d’ailleurs révélé qu’il a rencontré le leader du Mouvement militant mauricien Paul Bérenger et qu’il n’a « pas eu besoin de prendre la permission de Navin Ramgoolam ». Il a précisé que ce n’est qu’après qu’il a informé le leader du PTr.  Arvin Boolell a ajouté que le leader des rouges ne l’a pas non plus empêché de rencontrer le Premier ministre jeudi. « Navin Ramgoolam est respectueux des instances. » D’ailleurs, lors de la préparation des Private Notice Questions, « la contribution de Navin Ramgoolam sera très importante, car il a été Premier ministre ». 

Pour ce qui est de la défaite du PTr aux élections générales, Arvin Boolell l’attribue à plusieurs facteurs. D’abord aux indécis. Puis à ce qu’il qualifie de « weaponising of fake news ». Là le député rouge a notamment cité le clip « katori » de Plaine-Verte, affirmant que les propos qu’il contient ont été déformés afin d’influencer une partie de l’électorat. 

Arvin Boolell estime aussi qu’il y a eu plusieurs irrégularités au dernier scrutin. Il évoque des zones d’ombre sans pour autant remettre en cause l’intégrité de la commission électorale. Il affirme qu’il est satisfait des explications fournies par les membres de la commission lors d’une rencontre. Ce qu’il faudrait revoir, selon lui, c’est la Representation of the People Act.  « Aujourd’hui, l’opposition, la population et la société civile sont unies dans la même cause », a lancé le député travailliste. À ce sujet, il a expliqué que les avocats des trois partis de l’opposition compilent un dossier qui sera déposé devant la Cour suprême.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !