Live News

Arvin Boolell : «Être parlementaire n’est pas un emploi»

Arvin Boolell

Autre baptême du feu, c’est celui d’Arvin Boolell comme leader de l’opposition. Il succède à son camarade de l’opposition, Xavier-Luc Duval, qui sera, lui, parmi les back-benchers. Le leader de l’opposition, Arvin Boolell, souligne que, sur plusieurs thèmes, le Premier ministre et lui vont travailler ensemble. Malgré cela, il y aura des consultations avec les leaders des partis de l’opposition pour les Private Notice Questions afin d’extraire des informations du gouvernement. Il affirme également que personne n’est élu à vie au Parlement. 

Comment allez-vous aborder cette rentrée parlementaire en tant que leader de l’opposition ?
Au sein du Parti travailliste (PTr), on a déjà fait un ‘Induction Programme’. Je pense que cela sera la même chose pour le Parti mauricien social-démocrate (PMSD). Concernant mes amis du Mouvement militant mauricien (MMM), la plupart d’entre eux étaient déjà au Parlement. Comme nouvelles élues, il y aura Karen Foo Kune et Joanna Bérenger. Cela sera une grande fierté pour Paul Bérenger de voir sa fille au Parlement. C’est aussi une grande fierté pour ceux qui sont élus pour la première fois. 

On peut être élu dans une circonscription, mais on doit refléter le vœu de l’électorat. L’Assemblée nationale est une grande école de pensée et c’est la seule école où il ne faut pas avoir des qualifications. Pour être au Parlement, il faut avoir de la proximité. Le Parlement est l’université de la vie. Les parlementaires savent qu’ils sont les représentants du peuple. On doit respecter le vœu de l’électorat. Les parlementaires savent qu’il faut participer à des débats. Il y a une ligne du parti qu’il faut respecter.  

Ce qui est plus important, c’est qu’être au Parlement n’est pas un emploi. Comme l’a si bien dit l’ancien ministre du Tourisme, Anil Gayan, que ce soit à l’Hôtel du gouvernement ou au Parlement, vous êtes élu pour servir. Personne n’est élu domicile au Parlement. 

Quels sont les grands défis auxquels vous serez confrontés ?
Au sein de l’opposition, on va faire notre  travail avec une responsabilité collective. On va fédérer l’opposition. Il y aura de la concertation sur les différents comités. Il y aura une ligne de communication avec les différents leaders des partis de l’opposition lors de la présentation des Private Notice Questions. Je ferai les ‘leading questions’ lors des PNQ et par la suite les autres pourront poser des questions. Le leader de l’opposition est là pour mener l’équipe et c’est une nouvelle responsabilité pour moi. De plus, quand j’avais rencontré le Premier ministre, vendredi dernier, je lui avais dit que sur des thèmes comme la drogue ou encore sur les Chagos on pourra travailler ensemble. 

Après votre rencontre cordiale avec le Premier ministre, est-ce que vous allez être cordial lors de vos questions ?
Rencontre cordiale ou pas avec le Premier ministre, je continuerai à faire mon travail. Il y a toujours eu de la civilité entre le Premier ministre et le leader de l’opposition.  On va travailler à la lumière des renseignements qu’on aura. On va se baser sur des substances. On va extraire des informations du gouvernement, que ce soit sur la question de ‘law and order’, de l’économie, de l’environnement ou encore du transport. On va toucher tous les secteurs. Des responsabilités ont été allouées au niveau de chaque parti.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !