Faits Divers

Arsenal - Représailles : une famille vit une nuit de terreur

Le mardi 14 janvier est une date à marquer d’une pierre noire pour une famille résidant à Arsenal. Vers 22 heures, une vingtaine d’hommes se sont rassemblés devant la maison d’une employée d’école. La bande, menée par deux individus connus de la plaignante, a réclamé que la fille de cette dernière retire sa plainte consignée au poste de police de Terre-Rouge dans le cadre d’une affaire liée à un attentat à la pudeur. 

Devi, la mère de famille  de 49 ans, explique avoir été surprise par des cris et des bruits en provenance de l’extérieur de sa maison. Quand elle est allée voir ce qu’il se passait,  elle affirme avoir été choquée de constater qu’une vingtaine d’individus s’étaient amassés dans sa cour, devant sa porte d’entrée. Dans sa déposition, Devi raconte avoir remarqué, parmi la foule hostile, deux individus qu’elle connaissait, ainsi que quatre policiers en uniforme. L’un de ces derniers a expliqué à Devi que la police avait reçu une plainte à l’encontre de sa famille. Celle-ci est accusée de faire du bruit et de proférer des jurons. Le fils de la plaignante a immédiatement nié les faits et a expliqué que lui et ses proches ne sont pas sortis de leur maison. 

C’est alors que l’un des badauds s’est mis à proférer des menaces à l’égard des proches d’une jeune fille qui avait porté plainte pour attentat à la pudeur contre un jeune habitant de la localité. En présence des policiers, certains des badauds ont exprimé le souhait que Devi convainque sa fille de retirer sa plainte. Dans sa déposition, la mère de famille explique craindre pour sa sécurité et dit avoir été « humiliée » par les dires des protagonistes présents devant sa maison. « Imaginez-vous, ils m’ont menacé ainsi que ma famille en présence des policiers présents », explque-t-elle. 

La mère de famille a aussi déploré l’inaction de la police sur les lieux. D’ailleurs, elle s’interroge sur la présence des policiers devant sa maison et se dit consternée de leur inaction face aux badauds qui menaçaient de faire du tort à elle et à sa famille. 

L’enquête est menée par la police de Terre-Rouge. Les badauds ont exprimé leur mécontentement à l’encontre d’une déposition consignée par la fille de Devi, il y a deux semaines, au poste de police de Terre-Rouge. L’adolescente avait pointé du doigt un proche des individus qui s’étaient présentés devant le domicile de Devi. 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !