Live News

Arrêté vendredi par l’ICAC : Ashwin Bhoyroo, le témoin mystérieux, démasqué

Ashwin Bhoyroo

De témoin mystérieux de la Commission Paul Lam Shang Leen en 2017 au statut d’affabulateur en début d’année, Ashwin Bhoyroo refait parler de lui. Cet ancien gardien de prison, qui a lié des contacts avec les trafiquants, a été arrêté le vendredi 9 novembre par la Commission anti-corruption. Qui est donc cet homme qui tire les ficelles dans l’ombre ?

Son nom a été balancé par Louis Marie Clifford Thisbe, jeudi. Les enquêteurs de l’Independent Commission against Corruption (Icac) n’ont pas tardé à vérifier les informations révélées par ce restaurateur. Moins de 24 heures plus tard, soit le vendredi 9 novembre dans l’après-midi, les officiers de la Commission ont procédé à l’arrestation de l’ancien gardien de prison Ashwin Bhoyroo. Il est soupçonné d’avoir aidé le caïd emprisonné Peroomal Veeren à blanchir de l’argent provenant de la vente de drogue.

Il s’est masqué le visage lors de sa parution devant la commission d’enquête sur la drogue.
Il s’est masqué le visage lors de sa parution devant la commission d’enquête sur la drogue.

L’habitant de Flacq a été dénoncé par Clifford Thisbe dans le cadre de l’enquête ouverte sur les activités du trafic de drogue dans le pays. L’Icac s’intéresse aux différentes sommes d’argent, totalisant Rs 1 million versées sur le compte en banque de l’épouse de Peroomal Veeren. Cette dernière, Bibi Zafira Ameer, avait été arrêtée en février 2018 pour blanchiment d’argent.

Les hommes de Navin Beekarry ont établi qu’Ashwin Bhoyroo faisait le pont entre Clifford Thisbe et Peroomal Veeren. L’ancien témoin vedette de la Commission Paul Lam Shang Leen est soupçonné d’avoir agi comme intermédiaire entre les deux personnes. Dans le sillage de cette enquête, l’Icac a constaté qu’en au moins une occasion,  Ashwin Bhoyroo aurait remis une forte somme d’argent à Clifford Thisbe pour effectuer un dépôt sur le compte bancaire d’une proche du caïd. L’Icac s’intéresse également à la relation entre Ashwin Bhoyroo et son ancien confrère, un autre ex-gardien de prison, Oumeshlall Ramsurrun. Celui-ci était aussi soupçonné d’avoir agi comme un lieutenant à la solde de Peroomal Veeren.

Ashwin Bhoyroo à sa sortie de la Bail and Remand Court samedi matin, en compagnie d’un officier de l’Icac.
Ashwin Bhoyroo à sa sortie de la Bail and Remand Court samedi matin, en compagnie d’un officier de l’Icac.

Devant la Commission d’enquête sur la drogue ou dans son entretien accordé au Défi Plus le 6 janvier 2018, Ashwin Bhoyroo a avoué qu’il travaillait pour les trafiquants de drogue. « J’ai fait la connaissance de Curly Chowrimoothoo, lorsque j’étais gardien et lui en détention préventive. Nous nous sommes liés d’amitié. Il était comme un frère pour moi. À l’époque, j’avais de gros problèmes financiers. Il m’a avancé de l’argent. En retour, je lui fournissais en cigarettes », avait-il déclaré dans l’interview.

Arrêté et interdit de ses fonctions de gardien de prison pour des délits de drogue, il est devenu le blanchisseur en chef de l’argent des trafiquants qui contrôlent toujours le trafic de drogue dans le pays. Mensuellement, avait-il dit, il faisait blanchir en moyenne un million de roupies cash.

Pour qui roule-t-il ?

Ashwin BhoyrooDans l’interview accordée au Défi Plus, le 6 janvier 2018, Ashwin Bhoyroo avait déclaré que les huit fameux kilos d’héroïne qu’il avait remis à la Commission Paul Lam Shang Leen le 18 décembre dernier étaient censés provenir de Madagascar. Selon ses affirmations, ils ont été commandités par le trafiquant de drogue emprisonné Curly Chowrimoothoo, alias Ti Nana, et de ses camarades. Il avait expliqué à la commission d’enquête sur la drogue qu’il avait pour tâche de vendre cette drogue et de blanchir ensuite l’argent.

L’ancien gardien de prison avait expliqué, dans l’entretien au Défi Plus,  qu’il avait indiqué que « Curly Chowrimoothoo est devenu un maillon fort du trafic, depuis que Peroomal Veeren a été placé en isolement par l’administration de la prison. Chacun a peut-être son propre réseau, mais à l’intérieur de la prison, ils forment un seul bloc et s’entraident. »

Toutefois, c’est pour le réseau de Peroomal Veeren qu’il a été épinglé le vendredi 9 novembre. L’ancien gardien de prison avait aussi souligné que le trafiquant de drogue Siddick Islam, alias Nerf, l’avait contacté à plusieurs reprises pour des opérations de blanchiment.


« Affabulateur rusé »

Ashwin Bhoyroo est décrit comme un « affabulateur rusé » par un membre de la Commission Paul Lam Shang Leen. Il est passé de témoin vedette bénéficiant de la protection policière au statut d’affabulateur après que le colis de huit kilos de drogue, qu’il avait remis à la Commission, s’est révélé ne contenir que du ciment. Plusieurs renseignements qu’il avait fournis aux enquêteurs de la Commission se sont avérés non fondés. L’ancien juge Paul Lam Shang Leen avait même réclamé une enquête pour découvrir ce qui l’avait motivé à venir déposer devant la Commission d’enquête sur la drogue.

L’Icac entame un « Audit Trail »

La Commission anti-corruption entamera une enquête approfondie sur Ashwin Bhoyroo dans les prochains jours. Des sources proches du dossier indiquent que l’ancien gardien de prison fera l’objet d’un Audit Trail. Les enquêteurs veulent vérifier ses téléphones portables. Ses déplacements à l’étranger intéressent également l’Icac. Après une nuit au centre de détention de Moka, il a été traduit devant le tribunal de Port-Louis, le samedi 10 novembre, sous une charge provisoire de blanchiment d’argent. La police n’ayant pas objecté à sa remise en liberté, l’ancien gardien de prison l’a obtenue provisoirement.