Faits Divers

Arrêté avec Rs 500 000 de méthamphétamine - Le policier Moothoo : « Je n’avais rien sur moi »

Arrêté le 22 septembre dernier en possession de méthamphétamine, le constable Vijayen Moothoo, limier de la CID de Quatre-Bornes, a retrouvé la liberté mardi dernier. Joint à son domicile, le policier soutient : « Je n’avais rien sur moi.»

«On a porté de fausses allégations à mon encontre. La police m’a arrêté alors que je n’ai rien fait. Pane gagne nanié ek mwa », devait nous lancer le policier désormais suspendu. « Quand on m’aura blanchi, ceux qui ont dit des faussetés contre moi seront poursuivis », affirme-t-il. Cependant, il ne souhaite pas commenter cette affaire davantage. Le constable Moothoo avait comparu devant la Bail and Remand Court, à Port-Louis, avant de se rendre au tribunal de Curepipe. Il a fourni une caution de Rs 25 000 et signé une reconnaissance de dette de Rs 100 000 pour retrouver la liberté.

Le sergent Rooben Nair, épinglé en même temps que lui, ce 22 septembre, à Vacoas, demeure en détention policière. Affecté au département de la VIPSU et défendu par Me Rama Valayden, le sergent Rooben Nair a également nié être impliqué dans un trafic de méthamphétamine.

Le jour de leur arrestation, les policiers avaient été pris la main dans le sac par des limiers de l’Antidrug and Smuggling Unit. Ils avaient été piégés par des agents de stupéfiants qui se faisaient passer pour des clients. Le sergent Nair et le constable Moothoo voulaient leur vendre du « crystal meth ». Lors d’une fouille corporelle, les enquêteurs ont trouvé 36 grammes de « crystal meth » valant Rs 500 000 en leur possession. L’opération était menée par le chef inspecteur Ashik Jagai et l’inspecteur Jeean, sous la supervision du surintendant de police Azimah.

Par ailleurs, Toulaiven Armoogum, un membre de la Special Supporting Unit de 21 ans, a également été arrêté par ses collègues, lundi. L’officier, surveillé depuis quelque temps, a été soumis à une fouille corporelle. Les limiers de l’Adsu ont retrouvé une dose d’héroïne dans ses chaussettes. Une autre fouille de son casier aux Casernes centrales, a permis aux policiers de retrouver une seringue. Après une nuit en cellule, il a comparu devant le tribunal de Port-Louis. Il a été inculpé de possession d’héroïne. Il a retrouvé la liberté conditionnelle.
Lors de son interrogatoire, le jeune policier a reconnu avoir fauté. « Je reconnais avoir un problème de drogue, mais je compte me rendre dans un centre pour suivre un traitement et sortir de cet enfer », devait-il préciser à la brigade antidrogue.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • Food Donation