Live News

Arrêt de sa pension d’invalidité : le combat de Jessica pour ne pas confier son enfant à la CDU

La mère souhaite reprendre le cour normal de sa vie.

Sans un sou depuis bientôt 3 mois, elle a dû, à contre-cœur, confier son enfant à un proche en attendant que sa situation financière se rétablisse, grâce à l’obtention de sa pension.

Mais comment a-t-elle pu se retrouver dans une telle situation ? Jessica* (prénom modifié), explique qu’elle est épileptique, et qu’elle touche une pension d’invalidité depuis 24 ans. « Je suis épileptique depuis très petite, et je suis des traitements à l’hôpital depuis plusieurs années », fait-savoir la dame âgée de 43 ans. Selon les dires de cette habitante de Bois-Marchand, elle aurait reçu une lettre du bureau de la Sécurité sociale pour lui informer l’arrêt de sa pension, et qu’elle serait prochainement convoquée par le board médical de la Sécurité sociale pour confirmer son incapacité à hauteur de 60% avant de poursuivre avec le paiement de la pension d’invalidité. « J’ai reçu une lettre me faisant part que je devais passer par un board médical en mars, chose qui a été faite », soutient la dame. Elle dit aussi avoir obtenu sa pension pour le mois de mars normalement, mais pour le mois d’avril à juin, elle n’a rien reçu. « Je suis donc restée sans un sou durant tout ce temps, incluant la période de confinement », relate la jeune mère. De plus, à ce jour, soit quatre mois après l’arrêt de sa pension, elle dit n’avoir toujours pas reçu de lettre de la part de la Sécurité sociale pour l’informer si sa pension a été approuvée par le board ou pas.

Retrouvez l'intégralité de cet article dans l'édition du Défi Quotidien de ce jeudi 16 juillet. Le journal est aussi disponible en version e-Paper. Découvrez notre espace abonné.

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !