People

Aqiil Gopee : à la découverte d’un jeune écrivain

Aqiil Gopee 

« J’ai l’impression qu’on attribue au créole une certaine insularité, une certaine infériorité, alors qu’elle a sa place parmi les grandes familles des langues »

Qui suis-je ?

« Je suis Aqiil Gopee, 22 ans, étudiant en études religieuses au Amherst College aux États-Unis. Je m’intéresse particulièrement aux langues et aux écritures anciennes et je travaille à les comparer. J’écris en ce moment ma thèse mémoire qui cadre le Coran comme œuvre littéraire comportant son propre univers discursif et symbolique. En quelques mots, je cherche à présenter le Coran non pas comme une œuvre uniquement constitutionnelle aux narrations éclatées – ce qui est la norme des exégèses coraniques – mais comme un texte cohésif comportant une fondamentale structure narrative et poétique. J’espère rester dans la voie académique et poursuivre éventuellement un doctorat en études religieuses. »

Mes faiblesses

« J’ai un cruel manque de confiance en moi, ce qui m’empêche souvent d’arriver au bout de mon potentiel. Je suis aussi un procrastinateur confirmé. »

Mon plus grand amour

« Dieu. »

Mes accomplissements

« Auteur d’un recueil de nouvelles (‘Fantômes’, par Ananda Devi) et d’un recueil de poésie intitulé Orgasmes et publié par l’Atelier d’Écriture de Barlen Pyamootoo. Double lauréat du Prix du Jeune Écrivain de Langue Française en France pour mes nouvelles ‘Loup et Rouge’ (2014) et ‘La Porte en fer’ (2016), toutes deux publiées chez Buchet Chastel. ‘Loup et Rouge’ a été traduit et publié en Anglais (L’Atelier d’Écriture, 2014) et en Allemand (Wagenbach Verlag, 2017). Je suis aussi l’auteur de nombreux nouvelles et poèmes parus dans des revues mauriciennes et internationales. Lauréat du prix Jean Fanchette des Jeunes, présidé par Jean-Marie Le Clézio en 2015 pour ma nouvelle ‘Libellules’. Le temps me manque depuis que j’ai commencé la fac, mais j’écris toujours et j’ai passé les dernières années à travailler sur un roman qui, je l’espère, devrait aboutir d’ici la fin de cette année. Ah, aussi Lauréat de la cuvée 2015 du Collège Royal de Curepipe, si cela compte. »

Mes passions

« Je suis passionné par les langues anciennes, particulièrement par leur survivance dans le vocabulaire d’aujourd’hui. Le mot ‘chimie’ – dérivé du mot ‘alchimie’ – par exemple, provient de l’arabe, ‘al-kīmiyā’ qui à son tour proviendrait de l’ancien mot égyptien ‘kmt’, qui était alors le nom de l’Égypte et qui signifiait ‘terre noire’, en référence aux terres noires déposées sur les flancs du Nil, et qui aurait donné lieu aux premières expériences [al]chimiques. Une autre théorie qui me fascine est celle selon laquelle le nom de Moïse – Moussa en Arabe – proviendrait également du contexte égyptien. J’ai passé quelques mois au Caire l’année dernière pour étudier les hiéroglyphes et la langue des anciens Égyptiens - qui possède une grammaire en vérité très complexe - ainsi que leur religion et les rites funéraires. Je suis actuellement au Liban pour poursuivre un cours intensif en Arabe. J’ai aussi appris le grec ancien le semestre dernier à l’école et durant une nuit d’insomnie, je me suis dit que, quelque part, le créole mauricien que nous parlons, passant par le français, s’apparente beaucoup à cette langue. J’ai l’impression qu’on attribue au créole une certaine insularité, une certaine infériorité, alors qu’elle a sa place parmi les grandes familles des langues et possède une histoire infiniment riche, si on efface les barrières politiques qui lui ont été imposées en tant que langue coloniale. »

Mes forces

« Ma foi. Je n’aime pas beaucoup en parler, mais je trouve que ma foi m’a aidé à naviguer dans le monde académique de manière insoupçonnée. Souvent, on allie religion et le manque d’éducation ou à l’incapacité à réfléchir au-delà des dictas de la tradition en donnant une perspective plus nuancée des choses. Je questionne, par exemple, l’illusion de l’objectivité académique ou de la séparation entre la science et les études humaines. Ma concentration sur l’histoire ancienne, qui est dérivée de mon amour pour le Coran, raconte systématiquement les histoires des peuples anciens. Cela me permet quelque part de percer le mystère d’une importante partie de ces concepts, solidement établis dans le monde d’aujourd’hui. Ma foi me permet de prendre du recul et d’être plus critique et analytique. En même temps, évoluer dans le monde académique m’aide à dépoussiérer la tradition, qui est elle-même coloniale et politique, et d’aller au-delà des pratiques et des croyances prises pour acquises. »

Je vous dévoile tout

Plutôt…

Jugnauth ou Ramgoolam ?
« Je les trouve tous deux ridicules, même si au fond je trouve que la politique mauricienne, malgré son ineptie, n’est pas la pire du monde et que nous nous en tirons pas mal finalement. »

Poisson salé ou mines frites ?
« Ni l’un ni l’autre, pour être honnête. J’aime beaucoup le sushi. »

Costard-cravate ou short et basket ?
« Pyjamas. »

Casanier ou fêtard ?
« Casanier. »

Bollywood ou Hollywood?
« Hollywood, même si je reste très observateur et très critique des motifs racistes et sexistes que l’industrie cinématographique exprime constamment sous plusieurs formes. Sinon, je suis un grand fan des dessins animés, Courage le Chien Froussard, Le Monde Incroyable de Gumball et Yu-Gi-Oh! »

Pavarotti ou Bob Marley ?
« Bob Marley, s’il me faut vraiment faire un choix. Mais il me semble qu’ils soient tous deux des références d’un autre âge. J’ai grandi en écoutant une musique bien différente. »

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • A loan with perspective