Live News

Après un lobbying intense auprès de la France : Maurice passe de la liste rouge écarlate à la liste rouge

Jean-Baptiste Lemoyne et Steven Obeegadoo en conversation le 1er décembre au sommet du World Travel Organisation, à Madrid.

Incluse sur la liste rouge écarlate des pays à éviter pour cause de Covid-19 depuis le 1ᵉr décembre dernier, Maurice passe dans la catégorie rouge pour les déplacements avec la France. Un grand soulagement pour le secteur touristique qui pourra à nouveau accueillir des touristes français ainsi que pour les Mauriciens qui peuvent à nouveau se déplacer vers l’Hexagone à condition d’être pleinement vaccinés.

Le ouf de soulagement pour le secteur touristique est venu par un tweet posté mardi peu après 21 heures par Jean-Baptiste Lemoyne, Secrétaire d’État chargé du Tourisme, des Français de l’étranger et de la Francophonie. « Au regard des données sanitaires, Maurice passera demain mercredi de la catégorie « rouge écarlate » à la catégorie « rouge » pour les déplacements avec la France métropolitaine. Cela permet à nouveau aux personnes vaccinées de s’y rendre quels que soient les motifs », a-t-il écrit. L’information sera publiée au Journal Officiel, équivalent français du Government Gazette, ce mercredi 8 décembre.

Suite aux multiples efforts et représentations des autorités mauriciennes auprès de leurs homologues français, la France a donc décidé d’assouplir les restrictions de voyage pour l’île Maurice. De quoi sauver la haute saison touristique qui, avec le passage en catégorie rouge écarlate, était en train de tomber à l’eau. Cette catégorie rouge écarlate, créée le 1ᵉr décembre dernier dans le sillage de la découverte du variant Omicron en Afrique du Sud, mettait un stop pur et simple aux déplacements touristiques entre Maurice et la France. Pour pouvoir se rendre en France, il fallait respecter des critères très stricts, couplés à un auto-isolement de sept jours une fois arrivé en territoire français.

En passant dans la classification inférieure, les portes s’ouvrent à nouveau au tourisme. Certains critères restent cependant de vigueur. Pour pouvoir entrer sur le territoire français, y compris à La Réunion, il faut présenter un test PCR ou antigène négatif effectué moins de 48 heures avant l’embarquement. Au débarquement, un test antigénique ou PCR aléatoire sera effectué.

Une personne non vaccinée devra effectuer un test antigénique ou PCR systématique et sera placée en quarantaine obligatoire pour une durée de 10 jours contrôlée par les forces de sécurité. Elle devra aussi avoir un motif impérieux pour pouvoir entrer sur le territoire français. Ceux qui sont pleinement vaccinés sont exempts de justifier leur déplacement par un motif impérieux. La seule raison qui pourrait gâcher la fête serait que des cas d’Omicron soient découverts à Maurice. Cela équivaudrait probablement à un retour dans le rouge écarlate.

Il est à noter cependant qu’avant le 1ᵉr décembre, Maurice se trouvait sur la liste orange. Pour le moment, le pays ne retrouve donc pas son statut d’avant la découverte du variant Omicron.

Durant la journée de mardi, l’on affichait l’optimisme du côté des autorités mauriciennes. Et, la catastrophe a pu être évitée de justesse, car les deux principaux marchés pour Maurice pour la période de pointe qui va du 20 décembre au 5 janvier sont la France, incluant La Réunion, et l’Afrique du Sud. Les touristes de ces deux pays remplissent environ 40 % des hôtels mauriciens en cette période.

Le gouvernement mauricien a fermé les frontières avec l’Afrique du Sud le 29 novembre après la découverte du variant. L’Inde a pour sa part rendu compliqués les déplacements de et vers Maurice, alors que l’Arabie saoudite a suspendu ses vols il y a deux semaines. L’Allemagne et la Roumanie ont pour leur part placé le pays sur leur liste de pays à haut risque. Il ne restait donc plus beaucoup de pays traditionnellement émetteurs de touristes pour Maurice. 

« Nous avions confiance que la France allait revenir sur sa décision prise le 1ᵉr décembre dernier au plus vite. Le dossier a été pris au plus haut niveau, mais il est aussi vrai qu’ils ont leur priorité qui est de contenir la 5ᵉ vague et de sauver leurs propres fêtes de fin d’année », indique-t-on au niveau du Bureau du Premier ministre.

L’ambassade de France à Maurice avait également envoyé son rapport à l’Élysée après avoir écouté les représentants de la Mauritius Tourism Promotion Authority (MTPA) et de l’Association des Hôteliers et des Restaurateurs de l’Île Maurice (AHRIM).
Interrogé durant la journée de mardi, Sydney Pierre, Chief Sales & Marketing Officer de Marriott Hotels, Mauritius, espérait que « la France revienne à de meilleurs sentiments... Les réservations que nous avions déjà pour la saison haute, c’est-à-dire du 20 décembre au 5 janvier, n’ont pas été annulées. On a enregistré des annulations que pour la période allant jusqu’au 15 décembre. Mais, même si la situation se débloque, nous aurons peu de nouvelles réservations ».

Steven Obeegadoo : «Une victoire majeure pour Maurice»

Dans une déclaration, mardi à 22 h 35 au Parlement, le Premier ministre adjoint et ministre du Tourisme, Steven Obeegadoo, devait se réjouir de cette décision du gouvernement français. « La France étant notre marché principal, la décision de nous mettre sur la liste rouge écarlate était un désastre pour notre secteur touristique qui tentait de se relever en saison de pointe », a-t-il souligné.

Pour le numéro 2 du gouvernement, qui met l’emphase sur le lobbying intense effectué par le gouvernement et le secteur privé auprès des autorités françaises, « c’est une victoire majeure pour Maurice ».

Satisfaction du Comité public/privé du tourisme

« La grande famille du tourisme mauricien accueille ce soir avec satisfaction la décision du gouvernement français de déclassifier l’île Maurice de la liste de destinations en zone « écarlate » en seulement quelques jours », indique le Comité public/privé du tourisme. 

« Nous souhaitons remercier chaleureusement Madame l’Ambassadrice de France, Son Excellence Florence Caussé-Tissier, dont l’intervention aura été décisive, pour son soutien » , ajoute-t-il dans un communiqué émis mardi soir et signé par Nilen Vencadasmy, président du Conseil d’administration de la MTPA, Jean-Michel Pitot, président de l’AHRIM et Ken Arian, CEO d’Airport Holdings Ltd.

« La priorité restant la santé et la sécurité des équipes de l’industrie du tourisme, du voyageur et des Mauriciens dans leur ensemble, les protocoles d’arrivée rigoureux liés à la COVID-19 restent en vigueur. Ainsi tous les visiteurs doivent être vaccinés, et se soumettre à un test PCR dans les 72 heures avant leur voyage, ainsi que d’autres tests à l’arrivée et dans les jours qui suivent », précise le comité. 

50 admissions dans les hôpitaux régionaux

Le communiqué officiel du ministère de la Santé du mardi 7 décembre indique que 50 patients ont été admis dans les hôpitaux régionaux et un au New ENT Hospital. 22 patients ont obtenu leur décharge.

Selon le communiqué, 95 personnes ont été officiellement testées positives à la Covid-19 en 24 heures. Ce chiffre ne prend pas en considération les tests antigéniques et ceux qui ont fait leur test à domicile et n’en ont pas informé le ministère de la Santé.
930 685 personnes sont primo-vaccinées, 899 243 ont reçu leur deuxième dose et 122 054 ont fait la « booster dose ».

Le communiqué du ministère soutient aussi que 22 251 personnes ont été officiellement testées positives à la Covid-19 et 20 511 ont été guéries.

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !