Actualités

Après le Hadj: Israbee retrouve les siens

Tout en s’indignant du traitement que sa mère aurait subi à son retour d’Arabie saoudite, Mamed Beehary ne cache pas sa joie de la revoir. Pour cette famille, c’est une deuxième chance. Joie et amertume. Tels sont les sentiments qui animaient les membres de la famille Beehary, après l’arrivée de leur mère Israbee. Cette dernière souffre d’une forte fièvre. Son fils Mamed devrait la conduire chez un médecin. « Maman souffre depuis l’Arabie saoudite. Elle a été laissée à son sort, sans aucun soin. Pourtant, les ministres Soodhun et Duval m’avaient assuré qu’elle aurait un traitement VIP en raison de cette tragédie à Mina. L’avion a atterri à 10 h 50. Nous avons poireauté jusqu’à 12 h 25 pour qu’elle sorte après tous les autres hadjees, contrairement aux promesses ministérielles. C’est un traitement déplorable : maman n’a bénéficié d’aucune faveur. J’ai partagé son calvaire au téléphone : elle a trois côtes fracturées. J’ai demandé aux responsables du hadj de l’emmener voir un médecin, cela n’a pas été fait », s’insurge Mamed. « Pour l’instant, nul ne veut évoquer ces choses avec elle pour ne pas la démoraliser davantage. Nu remersi le Créateur pu so retour. Nu finn gayn enn deziem sans pu servi mama », ajoute-t-il. Après la bousculade survenue à Mina, le 24 septembre, seule Israbee est rentrée à Maurice. Depuis le 6 octobre, Saida Janoo, Swaley Abdool Janoo et Zainobee Kaudir ont été déclarés morts après que leurs corps aient été découverts à la morgue de Djeddah. Zabeen Janoo, elle, reste introuvable. Nizam Janoo nous explique que pour la famille, le suspense continue. « Notre seule consolation est de savoir notre sœur Israbee vivante. Nous remercions Dieu. Nous ressentons un immense chagrin après la disparition de nos proches. Que se passera-t-il pour Zabeen toujours portée manquante ? Le plus terrible, c’est que nous ne pouvons participer aux recherches vu que nous sommes à Maurice. Il faut attendre les résultats des tests ADN », ajoute-t-il.

Chaleur étouffante

Raffick Santally, organisateur du Hadj, témoigne. « Après Djeddah, notre groupe s’est rendu à Mina le jour d’Arafat pour le rituel de lapidation de Satan. Ti fer 56 degre. Air cond pa ti bon dan latent. Ena dimun inn mor ek saler. Les Mauriciens étaient fatigués. Ils voulaient accomplir le rituel le matin pour en finir. J’ai donné la consigne de ne pas partir. Certains n’ont pas écouté, zot finn alle ». [padding-p-1 custom_class=""][/padding-p-1]

Élan de solidarité

Les pèlerins mauriciens ont débarqué à Plaisance à 11 heures, ainsi que le chairman de l’ICC, Sam Lauthan, et Raffick Santally. Ils ont été accueillis par le PPS Salim Abasse Mamode, Rubina Jadoo et Osman Mahomed. Sam Lauthan a exprimé sa sympathie aux familles des victimes. « Je salue l’élan de solidarité des Mauriciens après la bousculade. Des volontaires ont participé aux recherches. La tâche a été rude pour identifier les corps. Seule Zainabeen Janoo reste introuvable.

Pas de coronavirus chez les pèlerins Mauriciens

Les deux pèlerins admis à l’hôpital de Souillac ne souffrent pas du coronavirus. C’est ce qu’ont révélé les examens. Il s’agit d’une femme et d’un bébé de 18 mois. La dame, qui présentait des signes de troubles respiratoires, a pu regagner son domicile. L’enfant qui souffre de bronchite est admis à l’hôpital Jeetoo.

[row custom_class=""][/row] « Nous veillerons à ce que plus aucun visa ne soit émis à la dernière minute, car certains hadjees n’ont reçu aucune consigne sur la manière de procéder lors du pèlerinage. » [padding-p-1 custom_class=""][/padding-p-1]

Zabeen Janoo portée manquante - Fareed Jaunboccus: « Une question de temps »

Les recherches se poursuivent afin de retrouver Zabeen Janoo (57 ans), la dernière Mauricienne portée manquante en Arabie saoudite. Fareed Jaunboccus, membre du Board du Centre Culturel Islamique, dit que ce n’est « qu’une question de temps » avant que le corps de notre compatriote ne soit retrouvé. « Depuis que les autorités saoudiennes ont pris les recherches ainsi que l’identification des corps en main, notre tâche se résume désormais à confirmer l’identification des pèlerins retrouvés.
[panel contents="Actuellement en visite en Arabie saoudite, Showkutally Soodhun a eu de nombreuses rencontres avec des hautes personnalités du gouvernement saoudien. Vendredi soir, il a été reçu par le prince Mohammad bin Salman Bin Abdul Aziz, deuxième héritier du trône en Arabie saoudite. Un peu plus tôt, il a rencontré le ministre du Hadj, Bandar al Hajj alors qu’à son arrivée mercredi, il avait rencontré le ministre de la Santé Khalid Al-Falih." label="Soodhun rencontre le prince Salman" style="info" custom_class=""]
D’ailleurs, ce soir (vendredi), deux membres de la Hadj Mission, qui se trouvent toujours en Arabie saoudite, se rendront à nouveau à la morgue pour un énième exercice d’identification, car de nouveaux corps sont identifiés quotidiennement. Ils y resteront tant que le corps de Zabeen Janoo ne sera pas identifié. Nous sommes confiants de retrouver son corps parmi ce nouveau groupe. » Fareed Jaunboccus estime que la délégation mauricienne en Arabie saoudite, composée de six personnes, sort « grandie » de cette mission. « Pour la nouvelle équipe qui dirige l’ICC, c’était notre première mission en Arabie saoudite. Nous avons eu à faire face à des événements exceptionnels, notamment les pèlerins en surnombre, la chaleur et la bousculade à Mina. Ce que nous avons appris nous aidera à mieux préparer le prochain pèlerinage à La Mecque. Et comme je l’ai d’ailleurs fait comprendre aux opérateurs au cours des réunions de crise, il y aura des changements dans l’organisation du prochain Hadj », déclare Fareed Jaunboccus.
Related Article
 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !