Xplik ou K

Après des incidents à la gare du Nord : une adolescente renvoyée de plusieurs collèges

Après des incidents à la gare du Nord La gare du Nord a été le théâtre d’incidents entre policiers et étudiants en février.

Une étudiante de 13 ans a toutes les peines du monde à se faire admettre dans un collège. Elle avait été impliquée dans des accrochages entre des étudiants et des policiers à la gare du Nord en février, selon sa mère Marie, une habitante de Terre-Rouge, âgée de 48 ans.

Après un premier transfert, en raison de ses résultats scolaires, du collège Bhujoharry de Port-Louis à une autre institution de la capitale, Claire (prénom modifié) s’est heurtée à plusieurs obstacles. La direction du deuxième collège se trouvant dans la capitale lui refuse le droit de poursuivre ses études au sein de l’établissement. Elle a été renvoyée sans que rien ne lui soit reproché, explique sa mère. Marie (prénom modifié) s’est alors lancée dans une quête d’admission dans un autre établissement pour sa fille. Sans grand succès « faute de place » en cette période de l’année. Dans certains cas, une fois admise, elle est renvoyée, en raison de son implication dans les heurts avec la police à la gare du Nord.

Marie reconnaît que sa fille se trouvait parmi les étudiants et que sa photo a même circulé sur la Toile. « Ma fille m’a dit qu’elle était présente à la gare et qu’elle a assisté dans un coin aux bousculades entre les étudiants et les policiers. À un certain moment, ils se sont rapprochés d’elle et elle a été agressée sans qu’elle n’ait rien fait. C’est alors qu’elle a réagi avec colère. C’est cette scène qui a circulé sur Facebook. »

Après ces incidents, la police et les étudiants se sont mutuellement accusés d’être responsables de l’escalade. N’empêche que Claire était loin de se douter du prix qu’elle serait appelée à payer pour avoir défié la police. Car partout où sa mère a tenté de lui trouver une place pour sa scolarisation, c’était l’échec. Dans certains cas, on lui a conseillé de revenir à l’occasion des inscriptions pour la rentrée 2020.

On aurait même suggéré à Marie de trouver une école privée pour sa fille, mais vu ses conditions modestes c’est impossible. Marie a encore un enfant à charge, une fille qui est en Form IV.

Par la suite ses efforts seront récompensés, Claire est admise dans un collège. Mais après à peine quelques jours, Marie est convoquée par le recteur. Celui-ci lui apprend que Claire ne pourra pas continuer ses études au sein de l’établissement. Les deux ont parlé de la situation de Claire et le recteur a émis l’opinion que l’adolescente devrait être admise dans une institution spécialisée.

Joie de courte durée

Marie a protesté en affirmant que sa fille n’avait aucun problème. Mais le recteur est persuadé du contraire. Il y a d’abord son implication dans les incidents de février à la gare du Nord. Puis les images capturées par la caméra du collège qui monteraient Claire en train de menacer une fille de l’établissement.

Après avoir été éjectée, Claire a expliqué à sa mère qu’elle avait une bonne raison de réagir comme elle l’avait fait. « Il y a une fille de l’école qui m’a demandé si j’étais bien celle qu’on avait vue sur Facebook. Je lui ai dit que oui et de s’abstenir d’aller en parler au recteur. Elle a répondu que c’était bien ce qu’elle projetait de faire. C’est alors que je lui ai dit que si elle le faisait et qu’on m’expulsait, elle aurait affaire à moi », relate-t-elle.

C’est ainsi que Claire a vu s’envoler, et cette fois de manière définitive, son projet de scolarisation. Sa mère ne compte pas pour autant baisser les bras. « C’est afin que Claire ne connaisse pas mes souffrances, qu’elle ait une bonne formation académique et qu’elle puisse se faire une place dans la société », indique-t-elle. Elle dit compter sur la divine providence pour que son vœu se réalise.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !