Xplik ou K

Après 21 ans de service : licencié après un accrochage avec un collègue

Bureau travail

Jean Claude Darga, qui comptait 21 ans de service dans l’hôtel où il travaillait, a porté plainte contre son employeur. Il estime son renvoi suivant une altercation avec un collègue comme étant injustifié. 

Jean Claude Darga estime son renvoi injustifié. Cet habitant de Poste-de-Flacq de 55 ans dit avoir porté plainte au bureau du travail en mai 2019 contre l’hôtel qui l’employait. Son limogeage fait suite à une altercation qu’il a eue avec un collègue le 25 avril.

La direction de l’hôtel a été alertée. Jean Claude Darga dit avoir été suspendu deux jours après, soit le 27 avril. « À aucun moment il n’y a eu de contact physique », martèle-t-il. Il indique avoir été convoqué devant un comité disciplinaire le 20 mai.

leevy
Selon Leevy Frivet, attaché de presse, si le bureau du travail estime que le licenciement est injustifié, il transmettra le cas à la cour industrielle.

« Deux officiers du bureau du travail étaient présents, mais pas mon représentant syndical. Le comité disciplinaire m’a trouvé coupable des accusations proférées à mon encontre. J’ai appris la terminaison de mon contrat le 23 mai », confie le plaignant qui dit avoir été licencié après 21 années de service.

Selon Leevy Frivet, attaché de presse au ministère du Travail, explique que lorsqu’un employé est convoqué devant un comité disciplinaire, il a le droit de se faire accompagner par un représentant syndical, un officier du bureau du travail ou un avocat, mais pas par les trois à la fois.

Indemnités

« Si le bureau du travail estime qu’il s’agit bel et bien d’un licenciement injustifié, il transmettra le cas à la cour industrielle pour que le plaignant réclame des indemnités en fonction de son temps de service au sein de l’entreprise », souligne l’attaché de presse.

Cependant, il conseille à Jean Claude Darga de ne pas opter pour le Workfare Programme dans l’immédiat. « S’il le fait, aucune mesure ne pourra être prise pour réclamer des indemnités de licenciement à son ex-employeur », dit-il.

De son côté, la rédaction d’Explik ou Ka a contacté le département des ressources humaines de l’hôtel. Mais à l’heure où nous mettions sous presse, personne n’avait repris contact avec nous.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !