Xplik ou K

Appel à solidarité : une lauréate recherche des sponsors

firdaus L’étudiante veut honorer les vœux de son père.

Issue de la cuvée des lauréats 2017, elle n’a pas les moyens de financer ses études. D’ici au 7 mars, Firdaus doit trouver USD 6 000 pour régler ses « entrance fees » au SSR Medical College. Une semaine après qu’elle a obtenu une bourse, son père, un marchand ambulant, est décédé. 

Elle est classée parmi les 18 lauréats additionnels du HSC Cuvée 2017. Maarhyah Firdaus Benazirkhan Abdool, 20 ans, habite Les Pailles. Elle figure parmi les élèves qui ont obtenu une bourse sociale et font la fierté de Maurice. Hélas, la lauréate n’a pas encore concrétisé ses rêves, car un bonheur peut aussi s’accompagner d’un malheur.

Le 23 juillet 2018, elle reçoit une lettre du ministère de l’Éducation qui l’informe qu’elle est classée parmi les lauréats additionnels et a décroché une bourse. Ce fut une immense joie pour sa famille, surtout pour son père Sayid Janath Hossen Khan. Ce marchand ambulant avait toujours cru en sa fille. Il fut toujours un père présent, qui encourageait ses trois enfants dans leurs études. Firdaus est l’aînée des espoirs de la famille. Sayid attendait le jour où le nom de sa fille serait affiché officiellement pour manifester enfin sa joie et sa fierté. Le destin en aura décidé autrement, car une semaine après, le 30 juillet, le père est décédé des suites d’une gastroentérite aiguë.

Études reportées

firdaus
La lettre du SSR Medical College attestant que Firdaus y a été acceptée.

Alors que son nom est affiché dans les médias, Firdaus verse des larmes de tristesse et de chagrin : elle était très proche de son père qui l’accompagnait dans ses leçons quotidiennes. Il rêvait de la voir devenir médecin. « J’ai toujours voulu être médecin. Mon père aussi. Depuis que j’étais petite, il disait à tout le monde qu’il me voyait devenir médecin. Là où tu es, j’espère que tu es fière de moi papa », déclare Firdaus.

Après le décès de ce père chéri, Firdaus sombre dans un profond chagrin et avait des soucis de santé. « Mon père me rassurait toujours. Il avait promis de m’envoyer étudier la médecine à l’étranger. Avec son départ brutal, ma carrière était remise en question », indique Firdaus. Faute de moyens financiers, elle a demandé au ministère de l’Éducation de retenir sa bourse jusqu’à ce qu’elle trouve les moyens de se procurer des sous. Sa mère est veuve et a trois enfants à sa charge. Difficile pour elle de rassembler la somme requise pour financer des études en médecine.

Place réservée

1er mars 2019. Firdaus reçoit une lettre du Sir Seewoosagur Ramgoolam Medical College : sa candidature est acceptée. Le document mentionne qu’une place a été réservée, elle doit rejoindre le SSR Medical College, au plus tard le 6 mars 2019. Elle devra faire un dépôt de USD 6 000 dollars (soit Rs 240 000). Le cours complet, sur quatre ans, coûtera USD 46 000 dollars.« Dans un délai aussi bref, comment notre famille trouvera-t-elle autant d’argent ? Ma fille pleure chaque jour, elle souhaite étudier. Notre famille est modeste. Le gouvernement va nous accorder Rs 150 000 par an pour financer ses études. Il faudra trouver une somme additionnelle, car le cours reviendra Rs 205 000 par an », explique Bilkis, la mère.

Difficile donc pour Firdaus d’entamer des études sans aucun soutien financier. « J’ai tant sacrifié dans ma vie pour réaliser le rêve de mon père et être médecin », soupire-t-elle. Il lui reste un espoir de réaliser ce rêve : qu’il y ait un ou plusieurs bon(s) samaritain(s) qui aideront à financer ses études. Firdaus lance un appel à ceux qui ont les moyens de l’aider à sponsoriser ses études, soit des compagnies, des ONG, ou d’autres. Tous ceux qui souhaitent aider Firdaus peuvent contacter ses proches sur le 5814 7501